National

Mostafa Abdelkebir : la situation ne change pas au niveau de Ras Jedir

[ad_1]

 

Le président de l’Observatoire tunisien pour les droits de l’Homme, Mostafa Abdelkebir, est intervenu, vendredi 22 mars 2024, sur les ondes de Jawhara Fm avec Hatem Ben Amara pour revenir sur la situation actuelle au niveau du passage frontalier de Ras Jedir. 

 

Mostafa Abdelkebir a indiqué que la situation n’a pas du tout changé. «Au contraire, il y a toujours un conflit au niveau des réactions et des discours des parties prenantes dans cette affaire, à savoir le ministère libyen de l’Intérieur et la ville de Zouara. Maintenant, la société civile est devenue un acteur important dans le conflit. D’autre part, toutes les réunions tenues depuis la fermeture du passage frontalier n’avaient abouti à aucun résultat ou stratégie claire permettant de rétablir le redéploiement des forces de sécurité au niveau du passage pour assurer sa réouverture. En contrepartie, le ministre libyen de l’Intérieur est déterminé pour mener les négociations avant de passer à l’intervention de force afin de faire appliquer la loi et démontrer qu’il s’agit d’une intervention émanant des autorités libyennes et non de simples groupes d’individus », a-t-il expliqué.  

 

Par ailleurs, Mostafa Abdelkebir a assuré que l’observatoire est en contact permanent avec la communauté tunisienne installée en Libye. Il a assuré que la Tunisie n’est probablement pas concernée par le conflit au niveau du passage de Ras Jedir, mais elle est directement concernée par la solution de ce conflit. En effet, il a souligné que le passage constitue un élément important dans la dynamique économique ainsi que pour la situation sécuritaire. 

 

Rappelons que le ministère libyen de l’Intérieur a annoncé mardi 19 mars 2024, qu’un groupe armé avait attaqué les forces de sécurité envoyées au poste frontière pour empêcher la contrebande et assurer la sécurité. Selon les médias libyens, pendant la nuit, une milice armée de la ville de Zouara a attaqué les forces de sécurité affiliées au ministère de l’Intérieur au poste frontière et pris son contrôle.

S.H

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page