Sport

CSS : Un premier grand défi

[ad_1]

 

L’essentiel pour les Sfaxiens est de profiter de ce retour à la grande compétition pour montrer qu’ils ont les grandes ressources et surtout un mental fort de sérieux prétendant.

Le dernier match officiel du CSS remonte au 3 janvier dernier, pour le compte de l’ultime journée de la première phase du championnat contre l’USM qui s’est soldée par un nul blanc et une qualification dans la douleur au play-off avec un point de bonus. Une longue trêve de deux mois a suivi et elle a été difficile à meubler et à gérer pour une équipe absente de la Ligue des champions et de la Coupe de la CAF. L’entraîneur Nabil Kouki, qui n’est plus seul aux commandes avec la nomination de Karim Delhoum comme premier adjoint par le nouveau comité directeur— élu présidé par Abdelaziz Makhloufi, est le premier soulagé de retrouver la pression et l’intensité des rencontres à enjeu important qui drainent les grandes foules. Le calendrier lui offre un premier classico de choc contre le Club Africain au Stade Taïeb Mhiri et l’occasion de rebraquer les feux sur lui et sur son équipe. Les fans des «Noir et Blanc», eux aussi, piaffent d’impatience de retrouver la belle ambiance des gradins pleins à craquer et de revivre les joies des grandes victoires. Cependant, une grande question se pose : ce CSS d’après la trêve, si avide de compétition de haut niveau, a-t-il un  visage meilleur et a-t-il le bon potentiel humain et assez de ressources techniques et mentales pour faire oublier le parcours en dents de scie et pas très convaincant de la première moitié du championnat ?

Incertitudes sur le onze type 

Les quatre matches amicaux livrés contre des équipes de second plan ne peuvent être pris comme références et donner de solides éléments de réponse puisqu’ils ont été plus utilisés pour faire tourner l’effectif et tester plusieurs formules dans les trois compartiments de jeu que pour stabiliser et peaufiner l’ossature du onze qui va entamer la dure bataille de la course au titre. Les trois victoires sur l’AS Oued Ellil (5 à 1), l’AS Gabès (3 à 0 ), l’AS Ariana (2 à 1 ) et le nul par 1 à 1 avec l’ES Hammam Sousse ont montré qu’il y a encore des incertitudes à quelques postes et que bon nombre de joueurs restent en ballottage pour le statut de titulaire. Dans les buts, il y aura, à coup sûr, Sabri Ben Hassen avec Mohamed Hédi Gâaloul comme suppléant. En défense, les choix sont multiples avec de nombreux postulants. Hormis le duo Alâa Ghram- Mohamed Nasraoui qui s’impose comme charnière centrale dans une défense à quatre, sur les flancs il n’est pas aussi  facile de trancher même si l’option Mahmoud Ghorbel comme arrière droit et Aziz Saihi comme latéral gauche semble la plus pressentie.

Les Chaouki Ben Khedher,  Adem Bellamine, Constant Kouamé et Oussama El Bahri auront leur place dans une défense à trois si Nabil Kouki décide de renoncer à son 4-4-2 qui n’a pas bien marché avec le groupe actuel durant la première phase

Le cas Chadi Hammami

À l’entrejeu, la grande interrogation concernera la plaque tournante de ce secteur-clé. Faudra-t-il continuer à maintenir confiance en Chadi Hammami pour continuer à être le pion important dans le dispositif de départ ou serait-il plus judicieux de débuter par le trio le plus en vue et le plus en forme en ce moment: Moussa Bella Conté, Fodé Camara (auteur du but devant l’ESHS ) et Abdallah Amri ( auteur des deux buts contre l ‘ASA)  et laisser le vétéran Chadi Hammami comme solution en cours de jeu ? Cette logique devrait en principe être respectée dans le match de cet après-midi. Tout comme la logique d’opter en attaque pour Baraket Lahmidi et Achraf Habbassi comme joueurs animateurs de jeu sur les deux couloirs même si Wadhah Zaidi est loin d’avoir jeté l’éponge pour la place de titulaire. En pointe, Hazem Haj Hassen semble tenir la corde comme numéro 9, ce qui obligerait Youssef Becha et Diby Berenger au statut de jokers selon les circonstances et la physionomie de la rencontre. Comme on le constate,  sur le papier les choix ne manquent pas et les options sont nombreuses, et variées. Mais sur le terrain, on verra s’il y aura aussi, à  côté de cette variété, de la qualité. Car dans les grands chocs, tels que CSS-CA qui tracent le premier sillon pour un bon démarrage du play-off,  ce sont les grands joueurs plus que les choix tactiques des entraîneurs qui font généralement la différence.

L’article CSS : Un premier grand défi est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page