National

71e anniversaire de l’assassinat du leader syndicaliste Farhat Hached : Une commémoration et des messages

 

Cette occasion a mis en avant la convergence des points de vue entre le Chef de l’Etat et les leaders de la Centrale syndicale sur les questions de l’heure telles que la souveraineté nationale, la réforme des entreprises publiques, la création de richesse, le rôle social de l’Etat, le refus de l’ingérence dans les affaires internes du pays, l’importance de reconquérir les attributs de la dignité nationale ainsi que la solidarité inconditionnelle de la Tunisie avec la cause palestinienne.

La cérémonie de commémoration du 71e anniversaire de l’assassinat du leader syndicaliste Farhat Hached a pris une dimension autrement plus importante cette année, dans le cadre d’une réhabilitation de la mémoire et du combat du leader de manière transcendante qui veut restituer la valeur authentique du mouvement national tunisien.

Il y a d’abord lieu de noter que le Chef de l’Etat a inauguré la Place Hached à Radès, le lieu où il a été assassiné le 5 décembre 1952 par la Main Rouge. Il est à rappeler que le Président de la République avait découvert au cours de l’une de ses visites inopinée le délabrement de la stèle commémorative du martyr et l’état de désolation dans lequel se trouvait la place qui porte son nom. Il avait alors ordonné de réhabiliter les lieux. Chose faite. De plus, le Chef de l’Etat s’est rendu au mausolée Farhat Hached où il a récité la Fatiha à la mémoire du martyr, en présence de son fils Noureddine Hached, de la ministre des Affaires culturelles, du secrétaire général de l’Ugtt, Noureddine Taboubi, et de quelques membres du bureau exécutif de l’Ugtt, dont Samir Cheffi. Il est à noter que le mausolée a fait l’objet d’une belle restauration.

Le Chef de l’Etat a également pu prendre connaissance d’une exposition qui retrace le parcours court mais glorieux du martyr, qui met en lumière ses faits d’armes.

Cette cérémonie s’est rapidement transformée en une conférence sur l’histoire du mouvement syndical tunisien, à travers un échange fructueux entre le Chef de l’Etat, les syndicalistes et le fils de Hached, qui est lui-même historien et a consacré sa vie à tenter d’élucider les circonstances de l’assassinat de son père et d’identifier les auteurs de ce crime colonial odieux.

En fin connaisseur de l’histoire du mouvement syndical, Kaïs Saïed s’est étalé sur la naissance des syndicats tunisiens et a rappelé le rôle fondateur de Mohamed Ali Hammi, l’une des figures pionnières du syndicalisme tunisien. L’échange a porté également sur la nécessité de consacrer un centre d’études à l’histoire du mouvement syndical tunisien et d’impliquer les chercheurs et les universitaires pour faire œuvre de restauration de la mémoire des grandes figures nationales qui ont contribué à l’essor du mouvement syndical tunisien.

Cette occasion a mis en avant la convergence des points de vue entre le Chef de l’Etat et les leaders de la Centrale syndicale sur les questions de l’heure telles que la souveraineté nationale, la réforme des entreprises publiques, la création de richesse, le rôle social de l’Etat et les attributs de la dignité nationale, ainsi que la solidarité inconditionnelle de la Tunisie avec la cause palestinienne. A travers cette discussion, un réchauffement des relations entre la présidence de la République et la Centrale syndicale était perceptible en vue  de désamorcer la tension qui régnait entre elles depuis des mois.

On peut croiser les doigts et former le vœu que la commémoration de l’assassinat de Farhat Hached soit une occasion pour rétablir le dialogue entre l’Ugtt et le gouvernement en vue de relancer ensemble les moteurs de la croissance, pour ouvrir les voies du débat et les lucarnes de l’espoir pour tous les Tunisiens.

L’article 71e anniversaire de l’assassinat du leader syndicaliste Farhat Hached : Une commémoration et des messages est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page