National

Reportage — Première édition du Salon de la Tunisie à Lyon: Splendeurs et couleurs du costume féminin tunisien

[ad_1]

Pendant trois jours, du 26 au 29 mai, les Tunisiens de Lyon ont vibré au rythme des chants et musiques de Tunisie accompagnant la venue de dizaines d’artisans. Ceux-ci ont exposé leurs articles dans le Salon Double-Mixte à Villeurbanne. Des conférences ont également été programmées au cours de cette première édition du Salon de la Tunisie à Lyon, parmi lesquelles celle de Khaoula Mejdoub sur l’histoire du vêtement féminin d’apparat. Notre reportage

Samedi 28 mai. Musique et chants tunisiens résonnent dans l’espace Double-Mixte de Villeurbanne. En ce jour de week-end et de fête de l’Ascension, le Salon de la Tunisie à Lyon ne désemplit guère. Plus de 2000 visiteurs s’empressent dans les 70 stands du Salon Double-Mixte à Villeurbanne, pour découvrir les multiples facettes de l’artisanat tunisien, poterie de Nabeul, poterie de Sejnane, bijoux inspirés de la tradition, encens et parfums, costumes féminins d’hier et d’aujourd’hui, tapis, mergoums et klims, broderie à l’ancienne…En cette veille de la fête des Mères, ces stands connaissent un  engouement de la part essentiellement de visiteurs d’origine tunisienne vivant dans la région de Lyon, près de 120.000 en tout. Nostalgie et retrouvailles avec les parfums, les odeurs et aussi les gourmandises du pays d’origine. Epices, dattes, gâteaux traditionnels, huile d’olive extra vierge, eaux florales et autres produits issus à la fois des savoir-faire ancestraux et des terroirs agricoles tunisiens ont aussi été exposés à la vente pendant les trois jours du Salon, à savoir du 27 au 29 mai. Un évènement coordonné par le Consulat général de la Tunisie à Lyon et initié par Carthage Events et Majestic Events Paris, deux boîtes d’évènementiel appartenant à des Tunisiens, Raouf Boujnah et Imed Aziz, vivant et travaillant en France.

Merveilles de la marque Naksha

Auparavant et lors de l’inauguration officielle de l’évènement, l’après-midi du 26 mai, les maires de la région de Lyon, ainsi que la députée du Rhône d’origine tunisienne, Anissa Khedher, ont été accueillis par le Consul général de Tunisie à Lyon, Rachid Rezgui, qui a coordonné avec son équipe l’organisation de la manifestation. Ils sont tous venus assister à l’ouverture du Salon dans une ambiance imprégnée par les splendeurs des riches costumes brodés et tissés de lumière de la créatrice Latifa Hizem, fondatrice de la marque Nakshahandkrafted.  « La Tunisie, africaine et carthaginoise, porte ouverte sur tout le continent, fut longtemps un port de commerce par excellence. C’est ainsi qu’elle a gardé dans ses traditions la passion des riches étoffes brodées provenant de civilisations et d’inspirations plurielles. Elle les a brassés, assimilés et s’en est inspirée pour façonner son identité plurielle. Nakshahandcarfted se ressource dans les richesses de chacune des régions pour raconter une histoire. Une histoire de femmes… ». Ce texte écrit par Latifa Hizem et offert sur un parchemin aux visiteurs résume bien le roman de tous ces artisans et artisanes, qui ont sublimé la matière pour inventer des costumes brodés d’or, d’argent, de corail, de soie, de fibres. Un patrimoine que la styliste revisite continuellement. Son défilé du 26 mai au Salon Double-Mixte de Villeurbanne démontre à quel point ce réservoir de savoir-faire ancien peut rester au goût du jour et des tendances actuelles. 15 robes y ont été présentées par des mannequins. 15 costumes, qui réinventent les voilages et les drapages de la tradition. Le clin d’œil à la fouta et blouza (vêtement d’apparat féminin) de nos grands-mères, au costume de la mariée du Sahel et au caftan des jours de fête émerveille les invités. Mais parfois Latifa Hizem surprend en mariant une robe au style décontracté avec un détail de la délicate broderie de Nabeul ou de Rafraf. Un moment de beauté pure ce défilé sur les sons de chansons tunisiennes contemporaines.

Voyage à travers les tenues d’apparat des Tunisiennes

Un autre moment fort du Salon a eu lieu le 28 mai. Parmi les conférences programmées par les organisateurs  dont les thématiques vont de la littérature  tunisienne, à la fuite des cerveaux tunisiens, à la place et au rôle des binationaux en France, la conférence de Khaoula Mejdoub sur l’histoire du costume tunisien féminin a interpellé le public de ce samedi après-midi. Dans une salle où elle a exposé les quatre pièces objet de son intervention (des trésors de sa collection personnelle), Khaoula Mejdoub, chercheuse, enseignante universitaire et spécialiste du patrimoine vestimentaire tunisien, a évoqué l’itinéraire historique de ces riches vêtements qui habillaient les Tunisiennes dans diverses régions du pays, la « jebba mi-parti » de Hammamet, la tunique dite « souriaqmech » en lin pur de Nabeul, la grande « kesswa » des mariages princiers et la « fouta et blouzasarraji ». Khaoula Mejdoub, qui est également la fondatrice de la marque de vêtements Wachm Traditions, a démontré à quel point ces éléments du patrimoine à la fois immatériel et matériel pouvaient représenter « un document historique racontant la dextérité des artisans, les signes et symboles d’une culture, l’incarnation d’une identité nationale et la preuve de tant de métissages », explique la chercheuse.

La grande « kesswa » (grande tenue) que portaient lors de leurs noces les princesses beylicales dès le début du 19e siècle est par exemple inspirée de la tenue des tirailleurs notamment à travers ce pantalon bouffant brodé d’or appelé d’ailleurs « tarayoun ». Matérialisant deux rites de passage, le mariage et la mort, la tunique en lin dite « souriaqmech » à la broderie manuelle très raffinée est menacée d’extinction selon Khaoula Mejdoub. Chaque jeune fille du Cap Bon était censée en ramener six pièces, elle les portera toutes à part la dernière, qui lui servira de linceul au moment de son décès.

Ainsi va le roman du costume féminin tunisien dont les pages risquent de se perdre si des expertes comme Khaoula Mejdoub ne cherchaient pas à le raconter et à reconstituer son puzzle.

Avoir invité cette fine connaisseuse du patrimoine vestimentaire à venir exposer les fruits de ses recherches à Lyon est une belle initiative des organisateurs du Salon.

L’article Reportage — Première édition du Salon de la Tunisie à Lyon: Splendeurs et couleurs du costume féminin tunisien est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page