National

Pressions, ingérence, droits et libertés : les avocats haussent le ton

[ad_1]

 

L’Ordre national des avocats a dénoncé, dans un communiqué publié jeudi 21 mars 2024, les poursuites judiciaires récurrentes et successives qui ont ciblé les avocats, les journalistes, les syndicalistes et les militants des droits de l’Homme ainsi que les pressions exercées sur les avocats dans l’exercice de leur métier.

Il a souligné, à ce propos, le droit du peuple tunisien à un système politique moderne, démocratique et participatif fondé sur le respect de la loi et la séparation des pouvoirs. L’Ordre des avocats a estimé qu’il est fondamental de mettre en place les garanties et les institutions continuelles qui garantissent l’indépendance et l’efficacité de la justice.

Il a également déploré la régression des droits et des libertés et l’usage du décret 54 pour des arrestations et des poursuites qui n’ont d’autre objectif que la répression des libertés, appelant à la libération des prisonniers d’opinion, au respect de la présomption d’innocence et du droit de chacun à un procès équitable “dans des délais logiques”.

L’Ordre a évoqué, dans son communiqué, les pressions subies par les avocats de la défense dans l’exercice de leurs fonctions principalement devant les brigades sécuritaires et l’administration pénitentiaire. Il a ensuite condamné le laxisme dont fait preuve l’exécutif concernant les projets de réforme du secteur et l’adoption de lois et de décisions qui nuisent, à l’inverse, aux avocats citant l’exemple du projet de loi règlement la profession des huissiers notaires.

L’organisme a, en outre, dénoncé la mauvaise gestion du service judiciaire et la peur qui sévit désormais parmi ses rangs appelant à mettre en place la Cour constitutionnelle et le Conseil de la magistrature pour garantir l’indépendance de la justice. Il a, par ailleurs, mis en garde contre les répercussions de l’ingérence de l’exécutif dans le judiciaire à travers notamment les mouvements répétitifs sur la base de notes en toute violation des garanties constitutionnelles et des procédures.

L’Ordre des avocats a enfin appelé les autorités à assumer leur responsabilité pour garantir aux citoyens le droit à une justice indépendante, moderne et efficace affirmant qu’il n’hésitera pas à défendre les acquis du peuple et ses aspirations à travers des mouvements pouvant aller au boycott et aux manifestations ainsi qu’à d’autres actions “extrêmes”.

 

M.B.Z  

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page