National

Moncef Marzouki a-t-il annoncé sa candidature à la présidentielle '

[ad_1]

 

 

La page « Tounesna 24 » a publié le 9 février 2024 sur Facebook un post parlant de l’annonce de l’ancien président Moncef Marzouki de sa candidature à la prochaine élection présidentielle.

La page cite une déclaration de Marzouki dans laquelle il confirmerait son intention de se présenter en réponse à la demande du peuple tunisien, affirmant qu’il était le président le plus fort de Tunisie car il a lutté contre la corruption.

La déclaration disait : « Je me présenterai à la présidence de la République parce que le peuple tunisien m’aime, car j’ai été le président le plus fort de la République tunisienne. J’ai réalisé un taux de croissance élevé, j’ai combattu la corruption et les corrompus, et j’ai ramené d’importantes sommes d’argent en Tunisie. J’ai réalisé d’importants gains pour le peuple tunisien. Ennahdha et les autres partis me détestent car je les ai soumis à la loi. » Le post était accompagné d’une image tirée de la vidéo.

 

BN Check a d’abord vérifié l’image extraite de la vidéo et une recherche inversée sur Tineye a révélé qu’elle provenait d’une ancienne vidéo du discours de Moncef Marzouki datant du 28 juillet 2022. Dans la vidéo, Marzouki déclare que le chef de l’État, Kaïs Saïed, conduira la Tunisie à la destruction et qu’il quittera bientôt le palais de Carthage.

Il a souligné que « les crises économiques feront tomber le président Kaïs Saïed et qu’il sera jugé très prochainement », selon ses termes.

 

Contrairement à ce qui est indiqué dans le post, l’ancien président n’a pas parlé de son intention de se présenter. La vidéo est d’ailleurs ancienne contrairement à ce qui est indiqué dans le post.

 

BN Check a vérifié les récentes déclarations de Moncef Marzouki. Après une recherche approfondie, il s’est avéré que les propos attribués à l’ancien président par la page « Tounesna 24 » sont fausses.

 

Rappelons que Le Tribunal de première instance de Tunis a condamné par contumace, vendredi 23 février 2024, l’ancien président de la République, Moncef Marzouki à huit ans de prison avec effet immédiat.

Dans une déclaration médiatique, le porte-parole du tribunal a expliqué que le ministère public près le tribunal avait ouvert une instruction contre Moncef Marzouki pour « planification d’attentat ayant pour but de changer la forme du gouvernement ou d’inciter les habitants à s’armer les uns contre les autres ou de porter le désordre, le meurtre et le pillage sur le territoire tunisien ».

L’ancien président est donc inculpé conformément aux dispositions de l’article 72 du Code pénal et encourt la peine de mort.

D’après des sources proches des cercles du pouvoir, cette condamnation ferait suite à des menaces qu’aurait proférées Moncef Marzouki contre les juges, les sécuritaires et l’armée lors d’un discours donné à Paris.

 

Moncef Marzouki avait déjà été condamné à quatre ans de prison ferme en décembre 2021. Le chef de l’État, Kaïs Saïed avait à l’époque appelé la ministre de la Justice à ouvrir une enquête judiciaire à propos des agissements de Marzouki, les qualifiant d’atteinte à la sûreté nationale. Il avait qualifié les personnes qui sollicitent l’intervention de parties étrangères de « traîtres à la nation ».

 

R.A.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page