National

L'arbitre Dorsaf Ganouati insultée : l'ATFD dénonce et appelle à des sanctions

[ad_1]

 

L’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) est revenue sur l’agression verbale visant la juge chargée de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR), Dorsaf Ganouati. L’association a indiqué que l’auteur de l’agression était le président du Club Africain, Youssef Almi. L’arbitre avait porté plainte pour agression.

Dans un communiqué du 18 mars 2024, l’ATFD a considéré qu’il s’agissait d’une forme de violence à l’égard des femmes et que l’auteur devait être sanctionné. Toute violence à l’égard de Dorsaf Ganouati est injustifiée, d’après l’organisation et n’est qu’un échantillon de ce que subissent quotidiennement les femmes dans l’espace public et privé.

 

Les faits remontent au soir du 16 mars 2024. L’agression verbale visant Dorsaf Ganouati a eu lieu après le match du Derby entre l’Espérance Sportive de Tunis et le Club Africain. La rencontre s’était soldée par une victoire de l’Espérance Sportive de Tunis à un score de 1-0. Au cours de la rencontre, un contact entre deux joueurs rivaux a suscité une panoplie de réactions. Certains ont considéré que l’assistance vidéo aurait dû indiquer à l’arbitre l’octroi d’un carton rouge au joueur de l’EST. Or, la juge chargée de la VAR, Dorsaf Ganouati en avait décidé autrement. Ceci lui a valu d’être insultée après le match.

Une vidéo filmant la scène montre le président du Club Africain, Youssef Almi s’adressant à la juge en l’interrogeant sur l’octroi d’un carton rouge. « Ça ne méritait pas un carton rouge ? Un carton rouge ! », l’a-t-on entendu dire. Par la suite, on entend la phrase suivante : « Ouvre tes yeux sale pute ! ». Néanmoins, impossible d’affirmer de façon catégorique si cette phrase avait été prononcée par le président du Club Africain ou par une autre personne. Notons qu’il y avait une petite foule de personnes présentes lors de l’incident.

 

L’ATFD a exprimé sa solidarité envers la juge et a demandé l’application de la loi 58 de 2017 relative à la lutte contre la violence à l’égard des femmes. L’organisation a, aussi, appelé le ministère de la Jeunesse et du Sport à assumer ses responsabilités face à la prolifération de discours de violence et de haine visant les femmes et à sensibiliser les clubs sportifs tunisiens à ce sujet.

L’ATFD a indiqué que les fédérations tunisiennes de sports étaient appelées à respecter la loi et à mettre en place des politiques visant l’instauration de l’égalité totale et effective. L’organisation a, aussi, attiré l’attention des autorités quant aux discours et actes de violences touchant les réseaux sociaux.

 

 

 

 

 

S.G

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page