National

Hichem Ajbouni : tout ce que Kaïs Saïed a entrepris s'est soldé par un échec !

[ad_1]

 

L’ancien élu et membre d’Attayar, Hichem Ajbouni s’est interrogé sur le recours systématique du président de la République, Kaïs Saïed, au discours complotiste et aux accusations de trahison dans toutes les allocutions ayant eu lieu dans le cadre des visites inopinées qu’il avait effectuées.

Dans une publication Facebook du 20 mars 2024, Hichem Ajbouni a écrit : « Son excellence, ne peut-il pas exercer ses fonctions de la même façon que les autres chefs d’État sans un discours de trahison, complotiste et tendu ?

Son excellence, ne peut-il pas rédiger un communiqué sans mentionner ceux qui se jettent dans les bras des forces étrangères et sans accuser les fantômes d’être soutenus par les sionistes ? (Rappelons que son excellence s’est opposé à la promulgation d’une loi de criminalisation de la normalisation avec ces mêmes sionistes après 160 jours de génocide).

Son excellence, ne peut-il pas se comporter, un jour, en tant que président de tous les Tunisiens ?

Son excellence, ne peut-il pas, un jour, se tromper et prononcer un discours d’unité et non de division ?

Son excellence, ne peut-il pas se retenir, un jour, d’insulter et de traiter ses opposants de tous les noms ?

Son excellence, ne peut-il pas, un jour, se tromper et donner espoir en ce pays ? Même un peu ! ».

 

Hichem Ajbouni a laissé entendre que les visites inopinées du président de la République ne l’étaient pas vraiment. Il a, aussi, indiqué que celles-ci se limitaient à réciter ce que contenait un dossier alors que la réalité était connue par toutes et tous. Il a considéré que Kaïs Saïed avait été élu afin de faire changer les choses et non pour tenir les autres responsables de son échec et évoquer des complots et des traîtres tel qu’il le fait depuis trois années.

 

L’ancien élu s’est, également, interrogé sur l’existence ou non d’une personne de l’entourage du chef de l’État pouvant intervenir afin de mettre ce dernier en garde de l’échec probable vers lequel il se dirige. Il a assuré que tout ce qu’il avait tenté, avait échoué. Il a ainsi cité les exemples des entreprises communautaires, de la consultation nationale, de la conciliation pénale ou encore des élections.

« Son excellence ne s’est-il pas interrogé sur ce qu’il a apporté au pays après près de cinq ans de son élection, dont trois ans d’autocratie absolue ? (bien évidemment, à l’exception de la fontaine du Belvédère, ayant repris du service, le nombre record d’enquêtes pour complot et sur fond du décret 54, la saturation des prisons durant l’ère des sommets stratosphériques, la levée des barrières devant le ministère de l’Intérieur et en attendant la levée de l’injustice dont les détenus font l’objet) », a-t-il ajouté.

 

Hichem Ajbouni a estimé que le président de la République se répétait dans ses discours et que la situation critique dans laquelle le pays se trouvait devait prendre fin. Il a évoqué la question de la dégradation de l’économie en revenant sur les files d’attente pour s’approvisionner en sucre, farine, semoule, riz, huile, café et thé. L’ancien élu a accompagné sa publication de deux extraits d’un communiqué de la présidence de la République.

 

 

S.G

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page