Economie tunisie

Echo monde

[ad_1]

 

Zone euro : Les consommateurs anticipent une hausse de l’inflation

Les anticipations d’inflation parmi les consommateurs de la zone euro ont augmenté pour l’année 2024, a dévoilé une nouvelle enquête de la Banque centrale européenne (BCE), confirmant que la dernière étape visant à maîtriser la croissance des prix pourrait être difficile.

L’inflation a diminué rapidement, l’année dernière, et se situe désormais juste en dessous de 3%, mais la BCE a indiqué qu’il faudrait peut-être plus d’un an pour la ramener à son objectif de 2%, malgré une série record de hausses des taux d’intérêt et une croissance économique anémique.

Les attentes médianes d’inflation pour les 12 prochains mois ont augmenté à 3,3% en janvier contre 3,2% en décembre, tandis que les attentes pour les trois années à venir sont restées inchangées à 2,5%, a indiqué la BCE, sur la base d’une enquête menée auprès de 19.000 adultes dans 11 pays de la zone euro.

Bien que les prix de l’énergie soient bien inférieurs aux attentes et que la croissance soit faible, la croissance des salaires reste rapide et les décideurs politiques ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils avaient besoin de données plus rassurantes sur le marché du travail avant de pouvoir donner le feu vert et commencer à réduire les taux.

Ainsi, l’enquête a montré que les attentes concernant la croissance du revenu nominal sont restées inchangées à 1,2%, mais les consommateurs sous-estiment constamment la croissance des salaires et la BCE s’attend à une augmentation de la rémunération par employé de 4,6% cette année.

Le taux de chômage dans les pays arabes atteindra les 9,8%

Le taux de chômage dans la région arabe devrait atteindre 9,8% en 2024, un taux plus élevé que les niveaux enregistrés avant la pandémie du Covid-19, indique un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT).Selon le rapport, intitulé «Emploi et perspectives sociales dans les pays arabes –Tendances 2024: Promouvoir la justice sociale à travers une transition juste», divers facteurs affectent les marchés du travail dans les pays du monde arabe, tels que les crises économiques, la faiblesse du secteur privé et les pressions démographiques. Le PIB de la région augmentera cependant de 3,5% en 2024, avec une croissance plus rapide dans les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

La région est également confrontée, selon la même source, aux défis et aux opportunités liées au changement environnemental et climatique. L’Organisation internationale préconise des efforts concertés pour intensifier la diversification et créer des opportunités d’emploi dans des secteurs plus flexibles.

2e édition des Rencontres Maghreb Oléagineux

Les acteurs clés des filières oléagineuses du Maghreb et de la France se préparent à se réunir lors de la 2e édition des Rencontres Maghreb Oléagineux (RMO), prévue les 5 & 6 mars 2024 à Rabat. Cet évènement sera l’occasion pour les participants des quatre pays,—France, Tunisie, Algérie et Maroc—, d’échanger autour de ces filières essentielles et d’analyser leurs rôles dans un contexte de dérèglement climatique afin de bâtir, ensemble, des solutions pour une agriculture durable.

Initiée en 2022 à Tunis, cette 2e édition est co-organisée par l’Association de développement international de la filière française des huiles et protéines végétales (Agropol) et la Fédération Interprofessionnelle des Oléagineux (Folea). Le thème central des RMO 2024 sera : «La filière oléagineuse: levier de résilience face au changement climatique et aux enjeux de souveraineté alimentaire au Maghreb».

Mohammed El Baraka, en tant que président de la Folea, déclare : «La filière oléagineuse représente un pilier essentiel du développement agricole au Maghreb. La 2e édition des RMO offre une plateforme unique pour discuter des opportunités et des défis communs. Face aux enjeux climatiques et alimentaires, nous visons à travers ces rencontres à stimuler des solutions novatrices pour contribuer à la souveraineté alimentaire et au développement durable des agricultures au Maghreb».

De même, Augustin David, président d’Agropol déclare :  «Nous sommes fermement convaincus que la résolution des défis complexes auxquels sont confrontées les agricultures des pays du bassin méditerranéen nécessite de créer un collectif fort entre acteurs du secteur et de conduire des actions de coopération à l’échelle régionale. Les RMO représentent une opportunité de partage d’expériences et de réflexions sur le développement des filières oléagineuses mais également sur leurs contributions à une agriculture durable et plus résiliente face au changement climatique».

L’Europe et l’Afrique du Nord face à des vagues de sécheresse sans précédent

Le Centre commun de recherche (CCR) de la Commission européenne a signalé que la sécheresse prolongée et les températures record ont un impact critique sur la région méditerranéenne. La situation reste particulièrement préoccupante dans les pays de cette région.

Dans un rapport récent, le CCR a signalé que des vagues de sécheresse sévère et prolongée ont affecté l’Europe pendant plus de deux ans et l’Afrique du Nord pendant six ans, entraînant une pénurie d’eau et entravant la croissance de la végétation. Les prévisions saisonnières anticipent un printemps 2024 plus chaud que la moyenne.

Selon le document, «le déficit de précipitations et les températures record en janvier 2024 ont affecté les cultures d’hiver et les arbres fruitiers le long de la côte en Espagne, Italie, Grèce et dans les îles méditerranéennes, tandis que le Maroc et l’Algérie ont enregistré un déclin de la croissance des récoltes». Le Centre a observé que les prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) des Nations Unies précisent que les vagues de chaleur et les sécheresses deviendront plus fréquentes et plus intenses dans de nombreuses régions dans les décennies à venir. Le bassin méditerranéen est l’une des rares régions où une diminution significative des précipitations est attendue. En conséquence, le Giec s’attend à ce que les répercussions perdurent dans la région, soulignant ainsi l’urgence de mettre en place des stratégies d’adaptation pour réduire les impacts de la sécheresse. Cela inclut l’importance d’investir dans des systèmes d’alerte rapide face à la sécheresse, afin d’améliorer l’efficacité dans la gestion des ressources en eau, qu’elles soient déjà établies ou nouvelles. Le rapport indique également que «les températures de longue durée et supérieures à la moyenne, les épisodes de chaleur et le manque de précipitations ont conduit à des conditions de sécheresse sévère dans la région méditerranéenne, ce qui a affecté de nombreuses régions dans tout le sud de l’Italie, le sud de l’Espagne, Malte, le Maroc, l’Algérie et la Tunisie».«La gestion des épisodes de sécheresse présente des défis complexes. Aborder efficacement la sécheresse et élaborer des stratégies d’adaptation adéquates nécessitent une analyse des risques qui prend en compte les impacts réels, s’appuyant sur une surveillance rigoureuse des conséquences de la sécheresse», ajoute la même source.

L’article Echo monde est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page