National

Circulaire – Artisanat : Pour une valorisation économique et culturelle de l’artisanat en l’honneur du label tunisien

[ad_1]

 

Comme chaque année, la Tunisie a célébré le 16 mars 2024 la Journée nationale de l’artisanat et de l’habit traditionnel. Au-delà de la symbolique de cette date, marquée par les activités et les festivités habituelles, il s’agit d’un événement qui devrait nous pousser à réfléchir quant aux perspectives d’évolution de tout un secteur d’activité de l’économie nationale, à savoir l’artisanat et les artisans.

C’est donc dans cet esprit que le gouvernement a tenu, cette année, à donner l’exemple en lançant, par le biais d’une circulaire en date du 6 mars, un appel aux ministres, aux secrétaires d’Etat, aux gouverneurs et aux directeurs généraux des instances, entreprises et établissements publics à consacrer un minimum de 20% du budget alloué pour l’aménagement intérieur et à la décoration à l’achat de meubles et produits artisanaux.

Il faut dire que contrairement aux clichés persistants, hélas, associant l’artisanat au folklore, il s’agit bien d’un véritable pilier des activités économiques.

Un puissant levier pour l’emploi

Et comme les chiffres sont têtus, il est intéressant d’en citer quelques-uns pour illustrer cet état de fait. Pour commencer, signalons que le secteur de l’artisanat contribue à hauteur de 5% du PIB, à travers un réseau de 300 mille artisans et deux mille entreprises, dont près du tiers contribue à la promotion de l’exportation, générant d’importantes recettes en devises fortes, sans oublier sa faculté d’être un puissant levier pour l’emploi avec la création annuelle de pas moins de six mille postes.

C’est dire qu’au vu de toutes ces données, il convient de mentionner l’existence d’un guide-référence intitulé «Guide de l’artisanat et des petits métiers» qui met à l’honneur le génie, la compétence et le savoir-faire des artisans tunisiens, rappelant, de la sorte, la diversité du patrimoine culturel et patrimonial tunisien.

Plus encore, selon les spécialistes, ce document constitue un précieux outil exploitable, notamment par les missions diplomatiques tunisiennes et les représentations commerciales à l’étranger, les centrales d’achats, les importateurs et les chambres de commerce de plusieurs pays européens et américains, surtout s’il bénéficie d’une bonne diffusion lors des foires et salons spécialisés nationaux et internationaux.

Protéger le patrimoine de la contrefaçon en créant un label

D’ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que les produits d’artisanat tunisiens se distinguent par la diversification, l’authenticité et l’identité et cela leur confère un cachet typique pour les rendre bien prisés aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale, à un point tel que certains produits ont été copiés, dont notamment la cage dite de Sidi Bou Saïd.

Ainsi, pour revenir à la circulaire du gouvernement, elle constitue un élément destiné à impulser un secteur en mal de consécration, sachant qu’outre la réhabilitation d’un volet de la culture et du patrimoine du pays, l’artisanat peut devenir un puissant levier du développement économique.

En effet, imaginons que chaque Tunisienne et Tunisien acquièrent, chaque année et en moyenne, deux articles des produits artisanaux (djebba, mule, caftan et autre pull dit «fadhila»), tout en optant pour les deux catégories, de luxe et abordable… Cela ferait tourner une activité au grand bonheur des commerçants, des artisans et des consommateurs.

Les responsables sont aussi appelés à la rescousse de l’artisanat tunisien en vue d’une valorisation économique du patrimoine. De plus, dans les bureaux et autres espaces publics, quand l’artisanat est de qualité et disposé avec goût, cela contribue à doter l’espace d’un cachet authentique et spécial.

L’article Circulaire – Artisanat : Pour une valorisation économique et culturelle de l’artisanat en l’honneur du label tunisien est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page