National

Abdeljalil Heni : la polémique autour de l'accord avec le Fonds qatari est purement politique

[ad_1]

Abdeljalil Heni : la polmique autour de laccord avec le Fonds qatari est purement politique

 

Le député et vice-président de la commission des finances et du budget au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Abdeljalil Heni, était invité, lundi 25 mars 2024, dans la matinale de Jawhara FM.

Il a affirmé, au micro de Hatem Ben Amara, qu’il n’est pas pertinent de parler de l’existence d’un « froid » entre l’Assemblée et la présidence de la République, estimant que la séparation des « fonctions » appelle à travailler chacun de son côté dans le même objectif de servir le pays.

Le député est aussi revenu sur la polémique soulevée par l’accord sur le siège en Tunisie du Fonds de développement qatari, qui passera en plénière demain mardi, expliquant que certains élus estiment qu’il s’agit d’un accord « piégé ».

« Certains députés pensent que l’accord donne trop de privilèges au Fonds. Oui, il est vrai que l’accord permet au Fonds d’acquérir des usines bâties sur terrains industriels mais pas les terres agricoles. Le Fonds bénéficie aussi de privilèges concernant le recrutement des employés et n’est pas tenu de donner la priorité aux Tunisiens. Néanmoins certains points seront discutés en plénière et pourront être amendés » a-t-il ajouté, estimant que la polémique autour de cet accord est purement politique.

L’accord, a, rappelons-le, été signé le 12 juin 2019 entre l’État tunisien et le Fonds de développement qatari dans le but de financer des projets de développement dans les domaines de l’énergie, l’éducation, la formation, la recherche scientifique, la santé, les ressources naturelles, l’agriculture, la pêche, l’industrie, le logement, tourisme, technologies de l’information et de la communication et autonomisation économique.

Il remonte à 2016, lorsque le Qatar a accordé 250 millions de dollars à la Tunisie dans le cadre de la Conférence d’investissement 2020 pour contribuer au financement de projets de développement en Tunisie. Un mémorandum d’accord a été signé à cette occasion concernant la création d’un bureau pour le Fonds de développement qatari en Tunisie et le Fonds a participé au financement d’un hôpital d’enfants à Tunis avec la somme de 82 millions de dollars.

La convention sur la création d’un bureau du Fonds de développement qatari en Tunisie a très tôt soulevé de nombreuses critiques et n’est pas passée dans la facilité. On a jugé qu’il permettait à la partie qatarie de bénéficier d’une protection spéciale injustifiée et qu’i est taillé sur mesure pour cacher le blanchiment d’argent et asseoir la domination qatarie en Tunisie.

On y a aussi relevé des violations manifestes, dont l’illégalité pour l’État de conclure un accord international avec un organisme étatique d’un autre État mais doit le conclure avec l’autre État lui-même.

La députée Fatma Mseddi a, dans ce sens, affirmé que le gouvernement s’est engagé dans des accords inutiles, voire menaçant la souveraineté nationale, faisant référence en particulier à l’accord signé avec le Qatar. 

 

 

M.B.Z

 

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page