Culture

A propos de l’œuvre de Arbia Loudhaief : Un itinéraire volontaire et passionné

[ad_1]

 

La composition est originale et nouvelle, la figuration qui apparaît est presque unique, personnelle se situant entre l’expressionnisme hybride et un cubisme primaire démultipliant les facettes d’un même visage.

Une exposition originale a été tenue du 24 février au 9 mars courant à la galerie Concept Store ‘’Samah Habachi’’ – Cité de la culture ‘’Chedli Klibi ‘’ et est vouée à montrer la nouvelle démarche de l’artiste Arbia Loudhaïef de son parcours artistique déjà depuis longtemps connu pour avoir été un véritable itinéraire volontaire et passionné pour la peinture.

Arbia Loudhaïef a entamé son travail artistique il y a déjà une quarantaine d’années. Son initiation à l’art pictural a été réalisé dans une ambiance déjà de recherche d’expressivité de sens et de vérité, tout cela doublé de véhémence, de dénonciation des injustices là où elles s’accumulent ou deviennent criardes.

Cette passion pour la vérité dans l’art a été réconfortée par une volonté et un souci de mieux acquérir les moyens plastiques pour s’émanciper techniquement et mieux dire son monde. Cette préoccupation de se perfectionner s’est traduite par une formation para-académique au centre des arts vivants de Radès sous la direction de Mme Safia Farhat et sous la direction d’éminents professeurs de l’école des Beaux-Arts de Tunis ainsi que l’apprentissage pendant de longues années avec Rogero et Sylvain Monteleone au centre italien Dante Alighieri.

La carrière artistique d’Arbia Loudhaïef a connu très tôt, dans les années 80 du siècle dernier, une grande intensité. Les manifestations et expositions auxquelles l’artiste a participé sont nombreuses. Nous comptons presque cinquante participations à des expositions collectives nationales et une dizaine d’expositions personnelles sans compter celles organisées à l’étranger (France, Espagne, Italie, Grèce, Maroc, Canada, USA…)

L’œuvre de Arbia Loudhaief s’est déroulée et se déroule encore aujourd’hui en deux temps, et ce, indépendamment des premières hésitations et des premières amours artistiques des premières envolées à l’aquarelle, de peinture à l’huile et les réalisations étonnantes en photo et autres spécialités.

La véritable approche artistique développée par A. Loudhaief se situe au niveau de sa pratique de la peinture à l’acrylique  qu’elle a entamée à tambour battant presque d’une manière militante pour dénoncer ce qu’elle considérait comme injustice, misère subie par l’humanité. Cette voie artistique critique était servie par une réalisation plastique et compositionnelle frontale géométrique à base de lignes portant barres, barrières et barreaux épais et de couleur jaune violente fermant frontalement l’espace de la toile en ne laissant transparaître que quelques bribes de figures peu amènes sentant le drame de l’humanité dans une ambiance carcérale favorisée par la lourde présence de barreaux.

Arbia, tout en fermant ces espaces, sentait la nécessite de ne pas réduire la vie à une prison où l’homme est condamné à perpétuité mais qu’il s’astreint parce qu’il est un être de Liberté à aménager ses surfaces de lumière.

La deuxième démarche développée par Arbia semble justement se saisir de la lumière comme élément nouveau de sa recherche plastique. La première démarche plastique proposée par Arbia Loudhaïef se préoccupe presque de nier toute profondeur scénique en s’articulant autour d’une géométrisation systématique obstruant l’espace et ne laissant paraître à travers quelques interstices que quelques trames ou silhouettes de figures échappées de l’oubli carcéral sombre.

Et la lumière fut. Arbia Loudhaïef, sentant sa démarche initiale comme trop restrictive, aboutit à la conclusion d’ouvrir son espace frontal à la joie polychromique et qui dit couleur dit lumière… L’espace géométrique façonné linéairement éclate en une gerbe de couleurs chaudes de type fauviste. L’intensité des couleurs chaudes (jaunes) n’a pas empêché la naissance de figures modèles malgré le peu d’ombre l’accompagnant. Les barreaux disparaissent ou sont tordus et la lumière s’installe dans le tableau favorisant une floraison, intense de valeurs éclatantes.

La composition est originale et nouvelle. La figuration qui apparaît est presque unique, personnelle se situant entre l’expressionnisme hybride et un cubisme primaire démultipliant les facettes d’un même visage.

La peinture de Arbia Loudhaïef est particulière au peintre et rejoint par certaines de ses approches, surtout chromatiques et figurales, quelques accents connus de la peinture moderne internationale.

Houcine Tlili

L’article A propos de l’œuvre de Arbia Loudhaief : Un itinéraire volontaire et passionné est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page