National

Pont de Bizerte, UE, médecins, Meriem Sassi' Les 5 infos de la journée

[ad_1]

 

Il est déjà minuit, voici le récapitulatif des informations les plus importantes ayant marqué la journée du 4 mars 2024 :

 

 

Le pont de Bizerte percuté par un bateau

Un bateau a percuté, lundi 4 mars 2024, le pont de Bizerte. À cause de cet incident, d’importants embouteillages ont été constatés sur place. La circulation a été arrêtée sur le pont, les autorités en attente de définir l’ampleur de l’incident est les dégâts.

 

Meriem Sassi placée en garde à vue

Le comité de défense de la présidente du Parti destourien libre (PDL), Abir Moussi, a annoncé , lundi 4 mars 2024, que le Parquet a décidé de placer en garde à vue Meriem Sassi, membre du cabinet politique du parti, pendant 48 heures dans le cadre de l’affaire dite du « bureau d’ordre de la présidence de la République”. 

 

UE : 150 millions d’euros de soutien financier en faveur de la Tunisie

La commission européenne a rendu public un communiqué, lundi 4 mars 2024, indiquant que l’Union européenne poursuit son engagement auprès de la Tunisie à travers le déboursement d’un soutien financier sous forme d’appui budgétaire d’une valeur de 150 millions d’euros au profit de la Tunisie, dans le cadre du programme d’appui aux réformes macro-économiques de la Tunisie (PARME) agréé par l’UE et la Tunisie en décembre 2023. 

 

Conseil de l’ordre : d’ici dix ans, nous n’aurons plus de médecins spécialistes en Tunisie

Le secrétaire général du Conseil national de l’Ordre des médecins, Nizar Laâdhari, est intervenu, lundi 4 mars 2024, dans la matinale de Mosaïque FM.

 « D’ici dix ans nous n’aurons plus de médecins spécialistes en Tunisie, les arrestations nombreuses qui visent les médecins, la violence dans les hôpitaux, ont aggravé le phénomène d’émigration qui touche le secteur. Les jeunes décident à l’unanimité de partir, seuls les séniors sont en train de travailler en ce moment, en 2023, 1325 jeunes médecins sont partis et cela continue », a souligné Nizar Laâdhari.

 

Recours rejeté et expulsion de la France validée pour l’imam Mahjoubi           

Le tribunal administratif français a rejeté le recours déposé contre la décision de l’expulsion de l’imam Mahjoub Mahjoubi et a motivé sa décision par la protection de la sûreté de l’État et de la sécurité publique.

La décision a été prise le 4 mars 2024 et confirme la décision d’expulsion de Mahjoub Mahjoubi à la date du 22 février. L’imam avait qualifié, lors d’un prêche diffusé en direct sur Facebook, le drapeau tricolore de satanique et n’ayant aucune valeur auprès d’Allah. Réagissant à cela, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin a émis un arrêté d’expulsion express.

 

 

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page