Sport

Maher Kanzari parle de l’équipe nationale : “Un projet de restructuration sur trois ans”

[ad_1]

 

Pour l’ancien sélectionneur national adjoint, il est venu le temps d’assurer la transition en injectant du sang neuf et de reconstruire la sélection sur une période de trois ans. Pour lui, il ne faut guère imposer des objectifs oppressants pour les prochaines CAN et Coupe du monde. Une période de transition et d’apprentissage est nécessaire.   

“L’échec en cette Coupe d’Afrique des nations ponctué par cette élimination amère dès le premier tour du tournoi est venu confirmer la fin d’un cycle en équipe nationale. 60 à 70 % des joueurs qui forment l’ossature de l’équipe sont là depuis six, voire sept ans. Certains d’entre eux ont encore quelques années devant eux et peuvent faire partie du projet de restructuration de l’équipe de Tunisie. Car des joueurs cadres, on en a toujours besoin, rien que pour accompagner les jeunes qui débarquent.     

Injecter du sang neuf, il fallait le faire depuis deux ans déjà. Mais il n’est jamais trop tard pour se rattraper. Nous devons le faire maintenant en imposant déjà de jeunes joueurs dans la liste élargie de la sélection. Par ailleurs, j’aurais aimé voir durant cette CAN de Côte d’ivoire un ou deux jeunes au moins à la place de ceux qui n’ont disputé aucune minute de jeu lors des trois matchs, un joueur de champ et un troisième gardien au minimum. Je pense à Amanallah Memmiche, Chiheb Laâbidi, Oussama Abid ou encore Hamdi Laâbidi.

Sans entrer dans les détails des choix de joueurs convoqués (ce n’est pas de mon ressort d’ailleurs), on aurait fait une meilleure prestation lors de cette CAN si on avait opté pour le choix de rajeunissement.

Maintenant que le mal est fait, il faut que le prochain bureau fédéral s’attelle à la tâche et attaque dès le début de son mandat un projet sportif visant à restructurer l’équipe nationale. Il faut répartir le projet sur trois périodes. Il y a d’abord le présent qui consiste à travailler sur le court terme, à savoir les deux prochains matchs de qualification à la Coupe du monde au mois de juin. Puis, il y a le moyen terme qui consiste à se qualifier aux phases finales de la CAN 2025 et de la Coupe du monde 2026. Enfin, le long terme consiste à aguerrir les nouveaux en leur faisant gagner en expérience. Pour ce faire, il ne faut pas fixer d’objectifs oppressants pour la prochaine Coupe d’Afrique, ni la Coupe du monde d’ailleurs. Même s’il est impératif à mes yeux que l’équipe nationale se qualifie à la phase finale de la prochaine Coupe du monde, je pense que cette échéance et celle de la CAN une année auparavant doivent permettre aux jeunes de gagner en expérience. Il faut les lancer dans le bain dans des tournois internationaux de grande envergure, leur donner la possibilité de vivre cette expérience sans contraintes d’objectifs.

Pour ce qui est de la question des internationaux qui doivent quitter l’équipe de Tunisie et ceux qui ont encore quelques années devant à eux (à condition qu’ils aient l’envie et la qualité nécessaires), je préfère m’abstenir d’avancer des noms pour ne blesser personne ni ajouter une nouvelle polémique dans un contexte déjà bouillant, voire désolant.      

En ce qui concerne le profil du prochain sélectionneur national et vu la pression insupportable que tout entraîneur tunisien ne saurait supporter, j’opterai pour un technicien étranger même si les bons profils coûteraient trop cher à la trésorerie de la fédération. A-t-on les moyens de payer un salaire de 100 mille voire 150 mille euros ?

Malheureusement, les gens ont perdu la raison et n’ont d’yeux que pour les techniciens étrangers. Autant les servir. Pour moi, je reste persuadé que l’idéal serait un entraîneur tunisien. L’expérience, au niveau des clubs notamment, le vécu de joueur et la formation académique sont les critères pour recruter un sélectionneur.

L’article Maher Kanzari parle de l’équipe nationale : “Un projet de restructuration sur trois ans” est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page