Economie tunisie

L’entreprise autrement | Le leader, un importateur net de stress

[ad_1]

 

Etes-vous capable de maîtriser votre stress ? Oui ?… Très bien ! Maintenant, êtes-vous capable de garder pour vous ce qui en reste et ne pas le transmettre à votre entourage ? Ah ok…excellent ! Vous pouvez ainsi prétendre au statut de leader.

Un leader, voilà de quoi a souvent besoin une entreprise. Un dirigeant, homme ou femme, qui, non seulement sait choisir la bonne direction et s’y engage sans aucune hésitation, mais surtout capable de vous convaincre de le suivre dans son choix et de lui emboîter le pas en y trouvant un grand plaisir.

A la différence d’un manager, ou d’un chef, dont le métier consiste à donner des ordres, donc à «faire faire», un leader est quelqu’un qui ne donne généralement pas d’ordres, ou s’il le fait il s’y prend avec tact et courtoisie. C’est quelqu’un qui vous donne plutôt «envie de faire », donne un sens à ses choix et à ses actions, motive ses équipiers et surtout possède la faculté de vous faire adopter ses choix. Mieux encore, de faire en sorte que vous en fassiez les vôtres.

Alors qu’est-ce que c’est que cette histoire de stress ? Eh bien, elle sert à identifier du premier coup le vrai leader et le différencier ainsi du faux. Parce qu’effectivement il y a de faux leaders. Elle reste cependant une condition nécessaire mais non suffisante.

Un leader est donc avant tout quelqu’un qui sait maîtriser son stress et sait le contenir. C’est aussi et surtout quelqu’un capable d’importer le stress de ses équipiers et de le transformer tout de suite après en énergie positive. Car tout le monde le sait, un stress non maîtrisé peut fausser tout, peut bloquer tout.

Tout l’art du leader consiste donc, dans ce point bien précis, à faire baisser la pression négative et réduire ainsi les risques de conflit, et faire monter à sa place la pression positive, celle capable de donner des ailes à un éléphant. Ainsi, la communication fluide peut être instaurée et les messages peuvent circuler sans subir les accidents connus (disparition, amputation, déformation, dilution, etc.).

C’est un peu comme cette blague qui met en scène un officier se préparant au combat et qui met une veste rouge. Interrogé par ses hommes sur le choix de cette couleur, il leur répond que s’il est blessé, ils ne pourront pas voir son sang couler, car cela risquerait de les décourager.

Maîtriser son stress, maîtriser ses réactions, maîtriser son discours, etc. Voilà ce dont un vrai leader est capable, et surtout veiller à absorber les situations conflictogènes. Laisser parfois éclater sa colère, quand il le faut, fait aussi partie du comportement du leader. Et un vrai leader n’est jamais un être impulsif ou une boule de nerfs.

Sa colère, si jamais elle s’impose parfois, devra être cependant calculée, dosée et bien théâtralisée. Disons que le leader se transforme dans ce cas en un comédien de talent afin de faire passer un message qui a besoin d’un tel contexte pour parvenir à son destinataire. Sa réaction doit cependant rester authentique et spontanée.

Tout cela pour décrire un leader qui peut ne pas être forcément charismatique. Ce dernier trait de caractère possède, en effet, la triste réputation de ne pas laisser assez de place aux critiques directes et publiques.

Un leader charismatique peut donc changer d’attitude et de comportement concernant les critiques qui lui sont adressées et apprendre ainsi à les accepter en public. Il devra montrer dans ce cas qu’il est capable de se remettre en question et de changer d’avis quand cela est nécessaire.

Certains leaders croient que leur entourage peut tout accepter d’eux. Ils se trompent, car la plupart des gens évitent souvent les confrontations mais pas indéfiniment, il y a des limites à tout. C’est pour cette raison-là que les critiques sont bénéfiques aussi bien pour le leader lui-même que pour ceux qui les formulent, bien sûr avec objectivité et respect, et aussi pour le groupe dans sa totalité.

Mais nous devons surtout insister sur la notion d’équipe. Un leader c’est avant tout une équipe, celle qu’il a construite comme telle. Ou celle qui l’adopte. Une équipe qui ressemble à un orchestre composé de virtuoses et au sein duquel le chef est là pour donner de l’énergie, du tempo, harmoniser, donner un sens au jeu et veiller à ce qu’il soit le plus authentique et le plus parfait possible.

L’article L’entreprise autrement | Le leader, un importateur net de stress est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page