National

Le comité de défense de Béchir Akremi dénonce des abus et menace de porter plainte

[ad_1]

 

Le comité de défense de l’ancien procureur de la République, Béchir Akremi, a dénoncé, vendredi 10 mars 2023 dans un communiqué, ce qu’il a considéré comme les « abus méthodiques subis par le magistrat en représailles aux décisions judiciaires qu’il a prises pour traquer les crimes de torture et lutter contre les transgressions de certains agents de la police judiciaire ». L’objectif étant, toujours selon le comité, de faire taire sa voix et de cacher les vérités qu’il détient.

 

Le comité fait porter à l’autorité politique la responsabilité de l’intégrité physique et psychologique de son client. Il a appelé les magistrats chargés du dossier à respecter pleinement les lois, les droits de son client, sa liberté ainsi que son intégrité physique et psychologique. Et de leur rappeler que leur responsabilité demeure entière et que toute pression et intimidation subie de la part de la ministre de la Justice et du chef de l’État ne les dispensent pas d’assumer leurs responsabilités et de justifier leur abandon.

 

En outre, le comité de défense a mis en garde tous ceux qui ont participé à la campagne menée contre leur client en fabriquant des affaires et en portant atteinte à son intégrité physique et psychologique. Il a affirmé sa détermination à poursuivre judiciairement « tous ceux qui ont participé à cette campagne injuste envers son client ».

Le comité a d’ailleurs appelé les avocats, juges, journalistes et organisations nationales et internationales à défendre les juges et à les soutenir dans la bataille visant à retrouver leur indépendance vis-à-vis de tous, et en particulier vis-à-vis de l’autorité établie.

 

Notons que le comité a précisé que cette affaire a fait l’objet de poursuites judiciaires précédentes déposées par la même partie et classé par le ministère public en 2016. Elle a été soumise à nouveau en 2020 et classée en 2021. Puis de nouveau, soumise devant la justice. L’affaire est toujours chez le bureau du doyen des juges d’instruction. Or, les plaignants ont délibérément déposé une nouvelle plainte sur le même sujet le 6 février 2023, en violation de la loi qui interdit de provoquer deux fois des poursuites pour le même fait.

Notons aussi que dans ce communiqué, le comité a recensé tous les dépassements et violations de la loi, enregistrés depuis l’arrestation de leur client le 12 février dernier.

 

I.N

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page