Economie tunisie

Financement des PME: Et si la mésofinance était la solution ?

[ad_1]

A l’image de la microfinance qui est réglementée par des lois adaptées au contexte tunisien et qui a contribué à l’inclusion financière de nombreuses familles vulnérables, la mésofinance peut être un atout essentiel et un levier important pour le développement des PME en Tunisie, qui sont en phase d’exploitation et qui se trouvent généralement sous-capitalisées.

«L’argent est le nerf de la guerre».  Cette maxime prend tout son sens lorsqu’il s’agit du monde des entreprises. Car une entreprise, qui se développe, perce et croît, est forcément une entreprise  suffisamment pourvue en ressources financières. C’est-à-dire lorsqu’elle dispose de moyens nécessaires lui permettant non seulement d’assurer la continuité de son activité, mais aussi d’investir pour réaliser des extensions, monter en gamme, aller vers d’autres marchés et, en somme, se projeter vers l’avenir.

Le durcissement de l’accès aux crédits se poursuit

Faute de recours à d’autres modes de financement, tels que le financement boursier ou par exemple par les Sicars, les crédits bancaires demeurent la source de financement n°1 pour les PME tunisiennes.

Sauf que l’accès des entreprises tunisiennes aux crédits bancaires n’a cessé de se durcir au fil des ans, privant tout un pan du tissu productif des financements indispensables à sa survie. Selon diverses enquêtes de la Banque mondiale, les PME tunisiennes souffrent d’un déficit d’accès aux financements. Un déficit qui a considérablement cru au cours des dernières années.

En effet, le pourcentage des entreprises qui considèrent le manque d’accès au financement comme un obstacle majeur est passé de 21,9% en 2013 à 43,9% en 2020. Les résultats révélés par le 22e rapport de l’Itceq sur le climat des affaires rejoignent ces chiffres et mettent en lumière la hausse du taux des entreprises qui affirment que l’accès aux crédits est de plus en plus contraignant.

Les spécialistes expliquent cet état de fait par plusieurs facteurs, notamment l’effet d’éviction exercé par les banques et causé par l’endettement excessif de l’Etat auprès des marchés intérieurs. Mais pas que !

La conjoncture économique et financière a, aussi, un effet direct sur l’accès au financement bancaire. Car en période de crise, les banques serrent la vis sur les crédits, et ce sont les PME qui paient les pots cassés alors que les vannes des emprunts restent ouvertes pour les grandes entreprises. Une récente étude sur la problématique du financement de l’économie tunisienne, qui a été publiée en 2023 par le Ftdes, met, dans ce contexte, l’accent sur les divers obstacles en matière d’accès au financement bancaire qui se dressent face aux PME.

Comment maîtriser le risque des activités des PME ?

En effet, outre l’aversion manifestée par les banques envers les petites et moyennes entreprises, en raison notamment d’une réglementation bancaire plus restrictive, l’opacité des PME y est également pour quelque chose. L’étude souligne, dans ce sens, que «par rapport aux grandes entreprises, les PME sont généralement plus opaques et publient moins d’informations comptables et financières».

Les banques sont de facto plus réticentes à financer ces entreprises et trouvent plus de difficultés à évaluer leur solvabilité, notamment lorsque ces PME sont jeunes et opèrent dans des secteurs innovants. «Les banques optent souvent pour des exigences de garanties souvent onéreuses afin de combler le déficit d’informations», lit-on dans le rapport.

Même l’expérience vécue par les banques spécialisées dans le financement des PME, telles que la Banque de financement des petites et moyennes entreprises (Bfpme) laisse à désirer. Car «elles ont peut-être contribué à améliorer dans une certaine mesure l’accès au financement des PME, mais sans acquérir la capacité de gérer spécifiquement les risques liés aux PME, comme le montre une qualité de portefeuille inférieure à la moyenne. En conséquence, l’émulation par les banques commerciales privées a été moins importante que ce qui était espéré», comme l’a indiqué l’étude de la Banque européenne d’investissement «Le potentiel de la mésofinance dans la création d’emplois dans les pays partenaires méditerranéens».

Comment se financer  quand l’entreprise est de taille intermédiaire ?

Pour combler ce déficit de financement dont souffrent les entreprises tunisiennes tant publiques que les PME, qui est par ailleurs estimé selon l’économiste Boudriga à plus de 5.000 millions de dinars, les spécialistes appellent à développer l’activité mésofinance en Tunisie. Il s’agit d’un concept qui fait référence à un niveau intermédiaire de financement dédié aux petites et moyennes entreprises. Elle est composée de prêts, dont le montant varie généralement entre 5.000 dollars et 200.000 dollars selon le pays et l’environnement bancaire.

La mésofinance a été introduite comme étant la solution idéale à la problématique du financement des PME, qui sont jugées «trop grandes» pour pouvoir bénéficier des microcrédits et trop «petites» pour contracter des prêts bancaires onéreux. Pour les spécialistes, ce segment, qui n’intéresse pas forcément les institutions bancaires, peut être développé avec la mise en place d’un cadre réglementaire approprié. A l’image de la microfinance qui a été encadrée par des lois adaptées au contexte tunisien et qui a contribué à l’inclusion financière de nombreuses familles vulnérables et pénalisées car elles ne peuvent pas accéder au financement bancaire, la mésofinance peut être un atout essentiel et un levier important pour le développement des PME en Tunisie, qui sont en phase d’exploitation et qui se trouvent généralement sous-capitalisées.

L’article Financement des PME: Et si la mésofinance était la solution ? est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page