National

Fatma Mseddi accuse Rabie El Majidi d'avoir illégalement attribué une autorisation d'exploitation aérienne à Syphax Airlines

[ad_1]

Fatma Mseddi accuse Rabie El Majidi d’avoir illgalement attribu une autorisation d’exploitation arienne Syphax Airlines

 

La députée de la circonscription Sfax sud, Fatma Mseddi a indiqué avoir adressé une question orale au ministre du Transport, Rabie El Majidi au sujet de l’octroi par ce dernier à l’entreprise Syphax Airlines d’une autorisation d’exploitation aérienne le 20 juin 2023.

S’exprimant le 27 février 2024 durant « Sbeh El Ward » de Hatem Ben Amara sur Jawhara Fm, Fatma Mseddi a indiqué qu’une plénière au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) portant sur cette question n’a été fixée qu’après l’expiration de l’autorisation et la déclaration de faillite par Syphax Airlines. Celle-ci se déroulera à la même date que cette intervention, soit le 27 février 2024.

Fatma Mseddi a accusé Rabie El Majidi d’avoir illégalement octroyé une autorisation à la compagnie aérienne. Elle a rappelé avoir abordé la chose durant la plénière portant sur le budget de l’État au titre de l’année 2024. Elle a considéré qu’il n’y avait pas lieu de parler de l’octroi d’une autorisation par bonne foi. Elle a assuré que les documents en sa possession démentaient cela.

Pour ce qui est de la situation des migrants subsahariens se trouvant à la délégation d’El Amra du gouvernorat de Sfax, Fatma Mseddi a indiqué que ces derniers avaient au départ occupé plusieurs lieux de la ville de Sfax. Elle a évoqué des actes de violences et un meurtre lié à la présence des subsahariens. Elle a assuré ne pas avoir demandé le déplacement de ces derniers à El Amra. Cette décision a été prise par le pouvoir exécutif, et plus précisément après avoir adressé un courrier portant sur ce sujet au Conseil de sécurité nationale.

 

 

« En me rendant à El Amra, j’ai été choquée… On a arraché les tuyaux d’irrigation afin de les utiliser dans la construction de tentes… Il y a des tentes construites par des Soudanais ayant planté le drapeau de la Palestine afin de faire croire qu’ils défendaient cette cause… Il y a des campements et dans chacun d’entre eux il y a une tente dédiée à la vente de produits alimentaires… J’ai trouvé du riz que je n’avais plus vu à Sfax depuis deux ans… Le paquet de riz se vend à six dinars… Ils m’ont expliqué qu’ils l’achetaient à 5,5 dinars et que leur marge de profit n’était que de 500 millimes… Le couscous se vend à deux dinars… Le paquet de farine se vend à dix dinars… J’ai vu un État à l’intérieur de l’État », a-t-elle ajouté.

Fatma Mseddi a expliqué que les épiceries tunisiennes, qui payaient leurs taxes, n’avaient pas accès à ces produits. Elle a révélé avoir contacté les autorités tunisiennes et communiqué les numéros des plaques d’immatriculation procédant aux livraisons de ces produits aux campements. Elle a, également, indiqué que les migrants avaient incendié des arbres, dont des oliviers. La députée a affirmé que des migrants infectés par la variole avaient pris d’assaut les domiciles de citoyens tunisiens afin de les forcer à les soigner. Elle a appelé le ministère de l’Intérieur à intervenir d’urgence et a mis l’accent sur la gravité de la situation.

 

 

Quant à la proposition de loi sur les associations qu’elle a déposée auprès de l’ARP, Fatma Mseddi a salué la désignation du jeudi 29 février 2024 comme date d’audition par la commission parlementaire concernée des auteurs de la proposition. Elle a assuré que le texte avait pour but de régulariser les associations et non de leur porter atteinte. La députée a indiqué que des associations œuvraient pour la colonisation de la Tunisie et d’autres soutenaient le terrorisme.

« Plusieurs associations m’ont assuré ne pas avoir de réserves au sujet de la proposition de loi… Quelques associations liées à un financement douteux sont à l’origine d’un tourbillon dans une tasse à thé… Je vois que la Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’Homme et Trifi (Bassem Trifi, président de l’association) sont présents sur les plateaux et gueulent au sujet de ce projet alors qu’ils manquent de transparence au niveau financier… Ils ne publient pas leurs rapports financiers… Plusieurs associations caritatives se sont transformées en associations humanitaires cherchant à installer des colons… Il y a des milliers d’associations douteuses », a-t-elle poursuivi.

Fatma Mseddi a indiqué que la proposition de loi préconisait un contrôle antérieur au sujet du financement. L’association concernée doit déposer une demande auprès de la présidence du gouvernement au moins un mois avant d’en bénéficier. Le texte oblige, également, les associations à fixer leur champ d’action. Elle a assuré avoir consulté des associations avant d’avoir déposé la proposition de loi. La commission parlementaire des droits et des libertés fixera la liste des entités et des institutions qui seront consultées.

Fatma Mseddi a révélé qu’elle comptait proposer une loi de criminalisation de la magie et de la sorcellerie en Tunisie. Le texte sera déposé auprès de l’ARP durant le mois de ramadan. Elle a, aussi, indiqué que le port de Skhira était exploité par la société « Trapsa ». Elle a expliqué qu’un contrat de concession avait été signé en 1958 et octroyant à cette entreprise l’exploitation de cette installation pendant cinquante ans. La députée a assuré que le contrat devait prendre fin en 2008 et que ceci n’a pas eu lieu.

 

S.G

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page