Culture

Chroniques de la Byrsa: Au rendez-vous du resto-chats

[ad_1]

Cela s’est passé mardi dernier, vers 17 heures, sur la bretelle reliant le site archéologique des citernes romaines, à Carthage, à la mosquée anciennement dite el-Abidine. Cette route est relativement peu fréquentée par les automobilistes et davantage par les joggers. La chaussée serpente en pente douce au milieu d’un bois qui rend le parcours d’autant plus agréable. Mais voici que, peu avant le cimetière militaire américain qui campe au faîte de la côte, la circulation se ralentit avant de s’arrêter complètement. Les cous se tendent hors des véhicules pour s’enquérir des raisons de cette interruption et découvrent un spectacle peu banal : une théorie de chats sortie du côté droit du bois traverse tranquillement la chaussée en file indienne pour se rendre sur le côté opposé. Le tableau était saisissant au point d’avoir figé dans leur habitacle les spectateurs ébahis.

Une fois le défilé achevé, la circulation reprend, mais comme engourdie. C’est que, arrivé à hauteur de l’endroit où les chats s’étaient engouffrés dans un bosquet, les automobilistes ralentissaient pour tenter de s’expliquer le mystère auquel ils venaient d’assister. Et de fait, là, dans un réduit aménagé dans l’épaisseur d’une drue verdure, quelqu’un était penché pour distribuer leur pâture à la gent féline. Quelqu’un d’ordinaire ; de très ordinaire. Il était venu ici à vélo pour ce qui semble être un rendez-vous quotidien pour la distribution de victuailles à ceux qu’on désigne communément comme étant des chats de gouttière. Le plus étonnant est que ce Monsieur n’est pas seul dans ce cas. Un peu plus loin en direction de la mosquée et du même côté de la route, un autre généreux bienfaiteur se livrait au même exercice.

La Société de protection des animaux recueillait ces bêtes, les soignait et œuvraient à leur placement.

Outre leur aspect anecdotique, ces scènes interpellent quant à la question du sort des animaux errants dans notre pays. Dans le temps, il existait une institution dont la mission était la protection de ces animaux. C’était la SPA (Société de protection des animaux). Elle recueillait ces bêtes, les soignait et œuvrait à leur placement. Elle tirait ses ressources des cotisations des associés et des dons d’institutions nationales et internationales. Les municipalités, de leur côté, étaient dotées de «fourrières» vers lesquelles elles acheminaient les bêtes recueillies sur la voie publique qu’elles hébergeaient, nourrissaient et soignaient.

Aujourd’hui, plus rien de tout cela et dans nos rues prolifèrent les chiens et les chats. C’est que, diront certains, les temps sont devenus durs pour tout le monde. Et que charité bien ordonnée commence par soi-même. Soit. Mais le jour où nous réaliserons que le sort des vivants est un, qu’il est interdépendant, que nul ne peut prospérer séparément, ce jour-là il sera peut-être trop tard pour éviter l’irréversible dépérissement. Alors, tant qu’il en est encore temps…

L’article Chroniques de la Byrsa: Au rendez-vous du resto-chats est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page