Culture

Chroniques de la Byrsa: 360 jours de soleil

[ad_1]

C’était aux beaux jours du tourisme tunisien montant, dans les années 70 du siècle dernier. Le slogan lancé par les communicateurs de l’Office national du tourisme : « La Tunisie, c’est 300 jours de soleil par an ». Et ne restaient plus que 65 jours pour asperger le pays de précipitations, de quoi maintenir une coloration verte et justifier le mythe de la Tunisie Verte. C’est qu’il fallait drainer vers le pays les foules de touristes européens avides de plages et de soleil pour bronzer sur le sable fin de nos côtes et s’en retourner ensuite chez eux la tête pas nécessairement bien remplie de beaux souvenirs mais la peau cuivrée.

Qu’auraient pensé ces communicateurs s’ils avaient soupçonné que, un demi-siècle plus tard, il y aurait en Tunisie près de 360 jours par an d’un soleil encore plus ardent, ne laissant plus aux pluies qu’un peu plus d’une semaine en précipitations continues pour à la fois verdir le pays et étancher la soif d’une partie de la population ? Croiraient-ils ingénument que cela représenterait une aubaine incomparable pour multiplier les performances du secteur touristique ?

Avec l’émergence d’une exigence d’authenticité dans le respect de la Nature et des spécificités culturelles, la demande et l’offre touristiques se sont diversifiées

C’est que, entre-temps, la demande touristique a changé de nature. On n’en est plus à rechercher le farniente et les plaisirs superficiels. Aujourd’hui, avec l’émergence d’une exigence d’authenticité dans le respect de la Nature et des spécificités culturelles, la demande et l’offre se sont diversifiées. Et notre part du gâteau s’est du même coup considérablement rétrécie. D’autant que l’avidité de la plus grande partie de nos opérateurs et l’impéritie de ceux chargés du management du secteur, ajoutées à la détérioration des conditions climatiques, ont engendré, entre autres, le grignotage de notre littoral. Du coup, le roi se retrouve nu !

L’avantage de l’ensoleillement devrait, en toute logique, être reconsidéré, sous un autre angle. Dans d’autres directions. Oui, le soleil demeurera toujours une aubaine pour notre pays. Une énergie propre puisée dans cet astre ne représente pas seulement une ressource énergétique supplémentaire — et pas seulement d’appoint. Mais il peut également être un facteur de promotion touristique, tant les questions écologiques sont aujourd’hui en tête des préoccupations de la majeure partie des gens sous toutes les latitudes. Un environnement sain, purgé des pollutions dévastatrices pour la santé, est un argument supplémentaire pour promouvoir une destination par ailleurs dotée de produits naturels et culturels attractifs.

L’article Chroniques de la Byrsa: 360 jours de soleil est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page