Culture

Binomi- S+1 : Jamais la même et plaisir renouvelé

[ad_1]

 

Il faudrait la vivre cette agréable expérience qui nous rend attaché à la suite, créant une belle curiosité pour voir l’ensemble mais en même temps la satisfaction est totale en n’en voyant qu’un seul.

C’est un format inhabituel mais qui a l’air de bien fonctionner. «Binomi S+1» de Aziz Jebali fait salle comble chaque soir depuis la sortie publique de ce travail. Il s’agit de 5 épisodes, avec un fil conducteur qui les rend à la fois viscéralement liés et étrangement indépendants. Une série théâtrale, dites-vous, il faudrait la vivre cette agréable expérience qui nous rend attaché à la suite, créant une belle curiosité pour voir l’ensemble mais en même temps la satisfaction est totale en n’en voyant qu’un seul.

Tout tourne autour du personnage que joue Aziz Jebali : Hamed ou plutôt Hamidou comme il aime être appelé ; il n’a jamais aimé le prénom donné par ses parents.

Hamidou grandit dans une famille conservatrice au milieu de ses deux sœurs aînées et de ses deux jeunes frères dans un quartier populaire de la capitale.

Leur situation financière est des plus confortables surtout après avoir perçu l’héritage de leur grand-père paternel.

Très vite, Hamidou se découvre une passion pour l’univers de la mode ce qui est en désaccord total avec l’éducation reçue par ses parents. Et c’est à ce moment-là que les problèmes commencent, il est catalogué comme un homme maniéré et donc incompris par les siens.

crédit photo : © Abdelkader Garchi

Malgré leur veto, il continue à poursuivre ses rêves et son amour pour le stylisme devient de plus en plus clair.

Il aime créer, dessiner, trouver les tissus et habiller les femmes de ses créations. Quand il prend la décision de quitter le cocon familial et se réfugie auprès de sa jeune tante, amie et confidente.

Elle lui trouve un atelier et le loge dans un studio. Du succès … puis la lassitude prend place et quand les finances font défaut, une solution s’offre à lui : trouver un colocataire pour alléger ses dépenses bien que sa solitude et ses petites habitudes vont lui manquer. Et c’est là que l’aventure commence, et avec chaque rencontre d’un nouveau locataire nous nous retrouvons face à des situations renversantes, portées par un humour pince-sans-rire, pour lequel Aziz Jebali fera appel à plusieurs guests tout au long des différents épisodes pour trouver le binôme idéal à son personnage Hamidou.

Nous sommes bel et bien loin du stand-up ou du one man show standard aux apparences faciles.

Pour «Binomi S+1», il est question d’écriture, de vannes, de situations, de synergie entre les acteurs : les principaux et les guests. Les personnages sont écrits avec minutie dans les détails de leurs costumes, le ton de leur voix, la manière de rendre vraies et hilarantes des situations bizarres.

La caricature en est un instrument, grossir les traits, souligner la particularité, jouer avec finesse sur des tabous tout fait en sorte que cela fonctionne.

Le point fort de ce travail, qui a su réunir plusieurs atouts pour sa réussite, est sa manière de se rendre pérenne, assurant un succès commercial certes, mais en se renouvelant tout le temps. Car, avec chaque épisode, les cartes sont mélangées, les guests sont des «stars» que le public aime et reconnaît. Ils viennent du théâtre, des feuilletons ou du cinéma : Héla Ayed, Nejla Ben Abdallah, Yasmine Dimassi, Isam Ayari, Fatma Sfar, Hamouda Ben Hassine, Saber Ouslati, Ikram Azouz, Abdekerim Banneni… et même du monde de la musique et du RAP comme Vipa. Et puisque tout ce beau monde est lié dans la vie et dans l’art, partenaires, amis et complices, la sauce ne peut que prendre et la complicité est totale. Magnifique duo de Yasmine Dimassi et Issam Ayari dans l’épisode 4, un coup de cœur pour Fatma Sfar dans l’épisode 2. «Binomi S+1» à consommer sans modération.

Jamais la même, toujours renouvelée. Le cycle à El Teatro, la semaine dernière, a été joué à guichets fermés. D’autres dates sont prévues dans les jours qui suivent.

L’article Binomi- S+1 : Jamais la même et plaisir renouvelé est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.

[ad_2]
lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page