National

Assassinat de Belaïd ' Abdennaceur Aouini : la vérité se trouve dans les tiroirs de l'État

Assassinat de Belad Abdennaceur Aouini : la vrit se trouve dans les tiroirs de ltat

 

Le comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi a organisé une conférence de presse mercredi 8 février 2023 à l’occasion de la commémoration de l’assassinat de Chokri Belaïd. 

Le membre du comité Abdennaceur Aouini est, dans ce cadre, revenu sur la relation qu’entretenait Ennahdha avec Ansar Al Charia, groupe terroriste accusé par le gouvernement alors présidé par le nahdhaoui Hamadi Jebali d’être derrière les assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. 

L’avocat a souligné que les liens entre le parti islamiste et le groupe terroriste était évident. Des dirigeants des deux parties ont, selon Me Aouini, fait connaissance dans les années 90 alors qu’ils étaient en prison. 

Rappelant qu’un membre connu d’Ansar Al Charia dirigeait deux moquées une à Dibouzville, l’autre à Cité El Khadra. Surnommé Abou Mouhanad, l’imam Chokri Othman faisait partie, selon Me Aouini, de ceux qui ont préparé l’assassinat de Chokri Belaïd et entretenait une étroite relation avec Kamel Gadhgadhi, accusé du meurtre de Belaïd et lui-même à l’origine du plan d’assassinat qui a été proposé plus tard à Ansar Al Charia. 

Le dénommé Kamel Ghadghadi a été entraîné au zamaktel par le fondateur même de cet « art martial », Mohamed Moncef Ouerghi dans une salle de sport qui appartenait à son fils, également garde du corps de Rached Ghannouchi. Kamel Gadghadi s’est aussi entraîné et a entraîné des gens à l’utilisation des armes à feu, la kalachnikov notamment, dans des camps à Douz dans le gouvernorat de Kébili. 

Abdennaceur Aouini est aussi revenu sur l’affaire Mustapha Khedher, dirigeant de l’appareil secret d’Ennahdha. Des éléments perquisitionnés dans le domicile de Mustapha Khedher démontrent que celui-ci guettait Abou Iyadh et avait connaissance de tous ses mouvements et de ses planques. Il disposait, également, des numéros de téléphone de Boubaker Hakim accusé d’être impliqué dans les assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. 

Ce même Mustapha Khedher donnait des instructions pour accompagner des dirigeants d’Ansar Al Charia jusqu’à la frontière avec la Libye où ils se sont réfugiés. Il avait aussi, chez lui, des documents sur l’utilisation de la vespa pour exécuter un meurtre. Il était aussi en relation avec un autre garde du corps de Rached Ghannouchi, Kamel Bedoui. 

Assurant que plusieurs preuves avaient été dissimulées, l’avocat a affirmé que « la vérité se trouvait dans les tiroirs de l’État ». 

N.J. 


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page