Culture

Tournée de Yasmina Khadhra en Tunisie : «Je ne décolonise rien, j’essaye plutôt de réinventer»

 

La tournée de l’auteur a inclus Sousse le 8 décembre, une agréable rencontre malgré le mauvais choix de l’espace dédié à l’événement, qui a aussi drainé une grande audience et a suscité de beaux échanges.

Ils étaient pour le moins nombreux à s’être déplacés, le 7 janvier dernier à la Fnac Tunis pour rencontrer l’auteur de la trilogie saluée dans le monde entier, Les Hirondelles de Kaboul, L’Attentat et Les Sirènes de Bagdad. Nous nommons Yasmina Khadhra, en tournée en Tunisie du 6 au 14 janvier 2023 pour dédicacer son dernier ouvrage Les Vertueux (éd. AC). «Je ne suis pas venu faire la promotion de mon livre. Je suis venu me ressourcer grâce à vous», a-t-il déclaré, lors de cette première séance de dédicace à Tunis animée par Hatem Bouriel, devant les nombreux présents que l’espace aménagé pour l’occasion n’a pas pu vraiment contenir… L’auteur tant attendu a drainé une grande audience, toutes générations confondues, dont une grande partie est restée debout par manque de chaises, mais aussi pour voir de près l’écrivain.

À la question de Bouriel qui s’interrogeait sur la déconstruction du colonial dans son œuvre, ce dernier souligne que la littérature n’a rien de vertueux et que loin d’essayer de décoloniser, il essaye plutôt de réinventer.

Les Vertueux, publié en 2022, est un roman universel sur l’Algérie de l’entre-deux-guerres. Un roman où des histoires personnelles racontent la grande Histoire pour décrire l’Algérie du début du XXe siècle qui commence à la veille de la Première Guerre mondiale.

L’histoire se déroule en 1914, Yacine Chéraga, qui n’avait jamais quitté son douar, est envoyé en France pour se battre contre les «Boches». De retour au pays après la guerre, d’autres aventures incroyables l’attendent. Traqué, malmené par le sort, il n’aura, pour faire face à l’adversité, que la pureté de son amour et son indéfectible humanité.

«J’adore ce personnage. Il m’a été inspiré par un jeune Algérien qui, en 2012, s’est battu pour la reconnaissance des tirailleurs algériens. À l’époque, on m’avait demandé d’écrire quelque chose et de dédicacer une BD qui portait sur le sujet. Et comme je n’écris pas sur commande, je n’étais pas prêt à le faire, mais j’ai gardé ça en tête… Ma mère m’avait aussi parlé de ce chapitre. J’ai alors commencé à écrire ce qui allait donner par la suite Les Vertueux.

Je fais en sorte de ne pas laisser l’impérialisme occidental nous dicter notre façon de voir le monde», souligne Yasmina Khadhra quand Hatem Bouriel l’interpelle sur sa manière de transposer l’histoire immédiate dans le romanesque.

La tournée de l’auteur a inclus Sousse le 8 décembre, une agréable rencontre malgré le très mauvais choix de l’espace dédié à l’événement, qui a aussi drainé une grande audience et a suscité de beaux échanges. Le 10 janvier, retour à Tunis à l’Université de La Manouba. Une séance à Sfax a eu lieu au Théâtre municipal et une troisième aura lieu à Djerba le 13 janvier au Centre culturel méditerranéen à Houmet Souk.

L’article Tournée de Yasmina Khadhra en Tunisie : «Je ne décolonise rien, j’essaye plutôt de réinventer» est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page