Culture

Tourisme culturel: Un nécessaire tour de force

Le tourisme tunisien, qui est à la recherche d’un nouveau souffle, semble déterminé à jouer une nouvelle partition en misant sur la culture. Mais l’envol du tourisme culturel fait face à des défis majeurs. Depuis quelques décennies, sa clientèle touristique a fondu littéralement, chutant ainsi à des seuils inacceptables. Il est indispensable  que le ministère du Tourisme et celui des Affaires culturelles conjuguent leurs efforts et tentent, dans une nouvelle démarche active, d’éveiller plus de touristes à son offre culturelle. C’est donc un nouveau tour de force proposé pour que la destination puisse se forger une réputation enviable comme destination touristiquement culturelle.

En effet, le tourisme culturel a encore un bel avenir devant lui en Tunisie. Cependant pour se tailler une place dans ce marché très compétitif, notre destination doit valoriser son actif culturel et travailler davantage son image culturelle pour se différencier. De l’avis des spécialistes, le substrat culturel de la Tunisie lui confère une place de choix sur l’échiquier des destinations culturelles. Toutefois, notre pays continue à broyer du noir sur ce segment à cause de ses traits culturels encore flous, alors qu’ils sont supposés intensifier la compétitivité  du pays et attirer davantage les touristes avides de construire un catalogue d’expériences de différentes cultures et destinations. D’où tout l’intérêt à saisir ce créneau porteur, à en juger par son rythme évolutif sur le plan international.

C’est que selon l’Unesco, le voyage culturel et patrimonial est l’un des segments du tourisme international qui connaît la croissance la plus rapide. De plus, la culture influe sur les décisions de vacances, et les spécialistes du tourisme prévoient que cette tendance se poursuivra. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (Ocde) et l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), le voyage culturel et patrimonial représente plus de 40% de l’ensemble du tourisme international. 

Pour  sa part, l’étude de l’Eurobarometer réalisée auprès de la communauté européenne démontre que l’offre culturelle et patrimoniale d’une destination est un facteur important dans le choix de voyage d’un Européen sur quatre.

Plus encore, l’enquête d’Atlas Cultural Tourism, effectuée auprès de 4.600 voyageurs internationaux, indique que la présence d’une offre étoffée et variée constitue le facteur le plus important dans le choix d’une destination culturelle.

Selon la même enquête, les musées, les sites et les monuments historiques figurent parmi les attractions les plus sollicitées. Les événements tels que les concerts et les spectacles sont relativement moins achalandés, probablement en raison de la période de temps limitée de leur tenue et des barrières linguistiques. Auparavant, c’était plutôt la magie des lieux qui influençait les touristes.

Sur un autre plan, le vieillissement de la population de la plupart des économies occidentales ne fera qu’alimenter l’attractivité du voyage culturel, selon les experts.

Par ailleurs, les touristes culturels ont une propension à dépenser plus que la moyenne, comparativement aux touristes balnéaires ou à ceux s’offrant des vacances de détente. La dépense supplémentaire résulte souvent de leurs départs en circuits, en excursions et des frais d’entrée aux sites et monuments.

Par ailleurs, l’achat des produits dérivés tels que les guides, les cartes et les autres objets souvenir conserve importance dans le comportement des touristes culturels et augmente les recettes touristiques des destinations culturelles.

Ainsi, cette volonté de se démarquer au sein d’un marché mondial toujours plus compétitif devrait être accompagnée par des pas tangibles en vue de doter la Tunisie d’une identité unique à même de séduire ce flux touristique en quête d’immersion et d’authenticité.

A cet effet, hormis la valorisation des sites et monuments, un effort particulier devrait être accordé à la formation des guides accompagnateurs et des guides de sites. Chose prévue certes qui n’a pas négligé d’autres formes de tourisme culturel, en l’occurrence le tourisme architectural, les circuits naturels, l’agrotourisme, le tourisme marin pour l’exploration de l’héritage subaquatique mais aussi le tourisme religieux, gastronomique et des festivals pour séduire les férus de voyages culturels et susciter un fort désir de voyager chez cette catégorie.

L’article Tourisme culturel: Un nécessaire tour de force est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page