National

SNJT – Entraves, interdictions et rétentions d'information subies par les journalistes


SNJT – Entraves, interdictions et rtentions dinformation subies par les journalistes

 

Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a vivement dénoncé, dans un communiqué daté de vendredi 26 août 2022, la rétention d’information, les interdictions proférées à l’adresse des journalistes et les entraves à leurs couvertures outre une politique de discrimination entre les médias. « Des entraves illégales au droit du journaliste de travailler et d’obtenir des informations », a-t-il martelé.

 

En effet, l’organisation a noté que depuis trois mois, l’obtention de l’information en Tunisie devient de plus en plus dure. Et d’affirmer que la fréquence des interdictions, des exclusions et du harcèlement par les organismes officiels et les organismes d’organisation a nettement augmenté ces dernier temps.

Ainsi, et pour exemple, le SNJT a évoqué les restrictions subies par les journalistes lors de la soirée de clôture du Festival de Médenine le 23 août dernier outre la discrimination subie par certains journalistes le matin même du vendredi 26 août 2022 lors d’une conférence au ministère des Affaires étrangères. Le syndicat a dénoncé aussi la poursuite de l’occultation de l’information à cause de la circulaire 19 de la présidence du gouvernement du 10 décembre 2021.

 

Le syndicat tient le ministère des Affaires culturelles pour responsable de la mauvaise organisation persistante et des interdictions répétées subies par les journalistes et photographes lors de leur couverture de manifestations culturelles. Il lui demande de rendre des comptes.

Il a aussi fait porter la responsabilité de la situation actuelle aux présidences de la République et du gouvernement.

 

Le SNJT appelle les autorités officielles à réviser leur politique de communication, à respecter le travail journalistique, à fournir les engagements nécessaires pour la protection de la liberté de la presse et d’expression et à lever toutes les entraves illégales.

Il a aussi appelé le ministère des Affaires étrangères à s’expliquer sur la discrimination opérée le vendredi, à y remédier et à faciliter le travail des journalistes lors du sommet de la Ticad 8.

 

I.N


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page