National

Sami Ben Slama : l’Isie est devenue une vraie mascarade !

 

 

Le membre du conseil de l’Instance supérieure indépendante pour les élections, Sami Ben Slama, a publié, ce jeudi 13 octobre 2022, un post sur les réseaux sociaux où il réagit aux déclarations du vice-président de l’Instance Maher Jedidi qui avait pointé un « oubli » dans la nouvelle loi électorale.

 

« Franchement, l’Isie est devenue une vraie mascarade, voilà qu’ils disent qu’ils ont commis un oubli et qu’ils auraient dû empêcher les maires et les membres des communes de se présenter aux élections. Donc l’Isie doit abandonner les candidatures des maires et des membres du conseil municipal sur la base de l’existence d’un « conflit d’intérêts », ou alors publier un nouveau décret leur interdisant définitivement de candidater. De tels propos, de la part d’une Instance, à quatre jours de l’ouverture des dépôts de candidatures !!! » s’est exclamé Sami Ben Slama, expliquant qu’il est absurde de généraliser la notion du conflit d’intérêts pour bannir tous les maires des législatives.

 

« C’est de votre faute, vous ne comprenez rien. Vous n’avez pas mis en place les mécanismes qui assurent l’intégrité du processus (…) qui nous garantissent qu’il n’y a pas eu d’abus dans les directions régionales de l’Isie (…) les choses ne présagent rien de bon et on peut s’attendre au pire aux législatives » a-t-il conclu.

On rappellera que Maher Jedidi a pointé un oubli dans le décret 55-2022 amendant la loi fondamentale 16-2014 relative aux élections et aux référendums. Cet oubli concerne, selon lui, l’absence des maires dans la liste des personnes n’ayant pas le droit de présenter leur candidature à l’assemblée des représentants du peuple pendant un an avant la fin de leurs fonctions. Il s’agit, selon l’article 20, des membres du gouvernement et des chefs de cabinets, les magistrats, les chefs des missions diplomatiques et consulaires, les gouverneurs, les premiers délégués, les secrétaires généraux des gouvernorats, les délégués et les omdas, les imams ainsi que les présidents des structures et des clubs sportifs. Ces électeurs ne peuvent se présenter dans la dernière circonscription où ils ont exercé leurs fonctions durant au moins un an avant de présenter leur candidature.

 

« Un oubli peut se produire dans les textes de loi (…) Nous avons compté sur l’objectivité des gens et sur leur éthique mais dans la pratique, il s’est avéré que nous avons eu droit à ces dépassements, et je veux continuer à croire en les bonnes intentions… Nous sommes devant une situation réelle, le mal est fait et nous devons proposer des solutions, notamment conserver ce texte et mettre en place des barrières permettant d’éviter ces dépassements, ce qui donnera, dans ce cas, à l’Isie un grand pouvoir d’appréciation en ce qui concerne les dossiers de candidature » a déclaré le responsable à ce sujet.

 

M.B.Z

 


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page