National

Romdhane Ben Amor : Kaïs Saïed doit faire preuve d'ouverture

Le porte-parole du Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) Romdhane Ben Amor, a fait savoir, mardi 10 janvier 2023, que l’organisation était ouverte à l’initiative tripartite de l’UGTT, l’Ordre des avocats et la LTDH et ne pourrait que la soutenir. 

 

L’Union générale tunisienne du travail (UGTT), l’Ordre national des avocats de Tunisie (Onat) et la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) ont lancé en décembre 2022, une initiative tripartite dans le but d’élaborer une feuille de route capable de sortir le pays de la crise. Le trio a, dans ce sens, lancé des invitations aux autres organisations nationales notamment l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) et le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES). Celui-ci a répondu favorablement. 

 

 

Invité de Malek Khaldi dans la Matinale de Shems FM, le porte-parole du FTDES a rappelé les convictions de l’organisation en ce qui concerne la nature de la crise en Tunisie et la démarche unilatérale du président de la République depuis le 25-Juillet. « Il (Kaïs Saïed, ndlr) a décidé d’un ensemble de lois qui restreignent les droits et libertés et en plus, il a conservé les mêmes politiques économiques et sociales ayant causé en partie la crise actuelle », a-t-il avancé soutenant que le président de la République n’a fait qu’appuyer le système en place ; la loi de finances 2023 le prouve. 

 

Romdhane Ben Amor a, également, taclé le gouvernement de Najla Bouden notant son échec. Il a ajouté que le limogeage ne mènerait, cependant, à rien si l’on continue dans le même processus unilatéral affirmant dans ce sens, que le second tour des législatives prévu fin janvier n’a aucun intérêt. « Il faut limoger le gouvernement mais dans le cadre d’un processus global avec une vision économique et sociale », a-t-il indiqué estimant le gouvernement de Najla Bouden incompréhensible. 

 

 

Évoquant la loi sur la réconciliation pénale, il a souligné que cela n’était que propagande et ne pourrait être la solution à la crise. « Nous avons besoin de réformes structurelles, de mettre un terme à l’évasion fiscale, à la corruption dans notre administration et la dilapidation des deniers publics qui continue jusqu’aujourd’hui », a-t-il déclaré.  

 

Interpellé sur l’inclusion des partis politiques à l’initiative UGTT – Onat – LTDH, le porte-parole du FTDES a signalé que certains avaient commis des erreurs et des crimes contre le pays mais qu’il n’est dans l’intérêt de personne de criminaliser le travail partisan. « L’alternative est dans la création de forces politiques nouvelles issues de la jeunesse et des composantes civiles et sociales. Nous avons besoin de sang neuf », a-t-il avancé invitant les partis qui ont gouverné après 2011 à se remettre en question et faire le point. 

 

Notant que sans consensus aucune initiative ne pourrait aboutir, Romdhane Ben Amor a affirmé qu’il serait dans l’intérêt du président de la République de s’ouvrir à l’initiative des organisations nationales. « La crise ne fait que s’aggraver (…) Le mieux pour lui (Kaïs Saïed, ndlr) est de tendre la main à ceux qui disposent d’alternatives et de solutions pour sortir de la crise. Cela devient une nécessité », a-t-il relevé.  

N.J. 


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page