National

Refoulé par la Tunisie à l'aéroport, qui est le prince Hicham Alaoui '

 

Le prince marocain Hicham Alaoui a été interdit d’entrer en Tunisie hier jeudi 19 janvier 2023. Invité à une conférence du journal français « Le Monde diplomatique », Hicham Alaoui devait intervenir pour parler de la démocratie, du printemps arabe, et plus précisément de la Tunisie après le 25 juillet 2021. 

 

Hichem Alaoui est un prince marocain connu pour ses recherches au “Center on Democracy, Development, and the Rule of Law” de l’université Stanford, qui se focalisent sur les régimes politiques dans le monde arabe. Ainsi, il a toujours critiqué le régime du président Kaïs Saïed qu’il qualifie d’autoritaire. Dans un article paru dans le journal “Le Monde Diplomatique” en septembre 2022, le chercheur décrit les décisions prises par le président Saïed comme un «coup d’Etat institutionnel», et le système politique post 25 juillet 2021 comme un « autoritarisme césariste ».

Il écrit : 

 

« Si, néanmoins, le coup d’État institutionnel décidé le 25 juillet 2021 par le président Kaïs Saïed a réussi, c’est non seulement que les institutions postrévolutionnaires mises en place par la Constitution de 2014 se sont révélées extraordinairement fragiles, mais aussi que la population s’est lassée de la corruption endémique et des jeux politiciens. L’autoritarisme césariste de M. Saïed a profité de la déception des militants à l’égard de la démocratie, preuve qu’un système politique fondé sur le pluralisme et l’inclusion peut subir une régression brutale».

 

Pour rappel, le chercheur politique a été déjà empêché d’entrer en Tunisie en 2017 , il devait tenir une conférence sur la transition démocratique.

 

 

 

Décrit comme le « prince rouge » ou encore « Prince rebelle » Hicham Alaoui est le cousin germain du Roi Mohammed VI, cela ne l’a pas empêché de critiquer le régime en place absolutsite et proche des islamistes selon ses dires : « Le parti islamiste et la monarchie marocaine sont liés comme des frères siamois ».

 

En 2014, il a publié un livre intitulé «Journal d’un prince banni» qui appelle à des réformes politiques au Maroc. Après la publication de son livre, il a prononcé sa fameuse phrase «le devoir d’un prince c’est de se taire, moi, j’ai choisi de parler».

 

 

R.A


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page