National

Référendum 2022, premiers constats après six heures de vote

Le référendum 2022 connait plusieurs couacs comparativement aux précédents rendez-vous électoraux depuis 2011.

Plusieurs journalistes ont été empêchés d’accomplir leur travail en dépit du badge d’accréditation délivré par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie), relèvent des confrères.

 « On a essayé de m’empêcher de filmer à l’intérieur d’un bureau de vote lorsque j’ai fait remarquer que l’opération de vote a commencé en retard et relevé la protestation des citoyens sur place », a relevé notre journaliste Sofiene Ghoubantini.

« J’ai été empêché de travailler plus d’une fois, témoigne le photographe Mohamed Krit. Mais à la fin, après avoir contacté la cellule de communication de l’Isie, le problème a été résolu ».

A l’origine de ce problème, la nomination de chefs de bureau sans expérience, relève le journaliste. IFM relève pour sa part une violation flagrante du code électoral. Un chef de bureau a pris le bulletin d’un électeur âgé et il l’a inséré à sa place dans l’urne, et ce après y avoir inscrit quelque chose.

 

Une observatrice d’Atide témoigne pour Business News que le nombre d’observateurs est fortement réduit comparativement aux années précédentes. Elle relève également que les personnes âgées n’ont pas bénéficié, cette année, d’un traitement de faveur en leur désignant un bureau de vote au rez-de-chaussée.

« Du coup, plusieurs personnes âgées ont eu toutes les difficultés du monde pour monter à l’étage. Certains étaient diabétiques et épuisés, d’autres sur des fauteuils roulants, le spectacle était affligeant ! », nous dit-elle.

 

R.B.H


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page