National

Réactions après la libération des islamistes


 

La libération des différentes personnalités islamistes, suspectées d’être impliquées dans le voyage des terroristes tunisiens en Syrie et en Irak pour rejoindre Daech, a laissé comme un goût amer sur les réseaux sociaux. Si les islamistes sont en train de fêter la libération, les anti-islamistes oscillent entre dérision et déception.

 

La première intéressée et qui a déposé plainte, c’est Fatma Mseddi qui a multiplié les posts d’amertume.

« Le pire sentiment pour un citoyen, celui qui le pousse à la rébellion, est le sentiment d’injustice », a écrit la députée dans son dernier post. Le précédent est du même goût : « Ils ont travaillé avec Ansar Chariâa puis ils ont travaillé avec les sécuritaires. A la fin, les subalternes doivent rendre des comptes, alors que les patrons ont été libérés ».

 

Le journaliste Jamel Arfaoui a son idée comment l’instruction aurait dû se faire : « Si je devais instruire le dossier, j’aurais commencé avec les prisonniers qui sont revenus des zones de conflit, puis j’enverrais des juges instruire dans les prisons syriennes et irakiennes et je remonterais la filière petit à petit. Peut-être, qu’au bout de quelques années, on serait arrivés à connaitre la moitié de la vérité ».

Fort actif sur Facebook, Habboub Ben Ahmed extrapole politiquement la décision de la libération et s’étonne de la concomitance entre les dates des futures auditions et de la campagne des législatives.

Le militant politique de Tahya Tounes, Anouar Ben Fadhl joue l’ironie quant à lui : « Gadhgadhi (nom d’un célèbre terroriste tunisien), cours vite si tu es encore vivant, il y a une offre libération ».

 

Autres sons de cloche, « déçu est celui qui s’attend à un procès et une prison pour les traîtres » ou encore « comme dans un jeu d’échecs, les pions sont tombés, alors que les rois et les dirigeants sont revenus à leur tour ».

 

 

 

R.B.H


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page