National

Olfa Hamdi : je peux être cheffe du gouvernement ou même plus


La présidente du parti « La Troisième République » et ancienne PDG de la Tunisair, Olfa Hamdi a considéré que le gouvernement de Najla Bouden était responsable de la situation actuelle. Elle a considéré que le gouvernement devait opter pour une stratégie de sauvetage au lieu de reprendre les mêmes pratiques de la dernière décennie et de le présenter au Fonds monétaire international (FMI) comme étant un programme de réformes. « J’appelle le président de la République à ne pas donner son aval au programme présenté par le gouvernement au FMI… Nous avons essayé de contacter la présidence de la République de façon formelle ou informelle, mais en vain », a-t-elle ajouté.

Invitée le 2 septembre 2022 par Ibtissem Chouikha sur les ondes de la radio Diwan FM, Olfa Hamdi a affirmé que certaines entreprises publiques pourraient être considérées comme cédées officieusement au secteur privé. Elle a mis en garde contre la levée des compensations. Elle a affirmé que ceci provoquera l’appauvrissement de la population. Elle a assuré que le gouvernement avait déjà procédé à la levée de certaines compensations. Elle a déclaré que le gouvernement avait intentionnellement communiqué des données erronées. Elle a critiqué les augmentations au niveau du carburant et que ceci provoquera une hausse des coûts de production et des produits alimentaires. S’adressant à la ministre des Finances, Sihem Nemsia, Olfa Hamdi s’est interrogée sur l’identité de l’entité ayant réalisé l’étude économique permettant d’élaborer le programme de réformes soumis au FMI. Elle a laissé sous-entendre que la chose ne s’était pas déroulée normalement.

 

 

 

« J’ai pu accomplir des choses que la cheffe du gouvernement n’a pas pu réaliser. Je suis parvenue à convaincre des investisseurs. La cheffe du gouvernement, a-t-elle pu convaincre des investisseurs ? J’ai des promesses d’investissement… Je peux être cheffe du gouvernement ou même plus… J’ai adressé à la présidence du gouvernement par courrier une copie de nos propositions en matière de création de projets et nous n’avons toujours pas eu de réponse… J’ai été rejetée par le système, car je cherche à sauver les entreprises étatiques. Or, le système cherche à les céder… Je représente le futur… Je cherche à faciliter l’ascension d’une nouvelle génération politique », a-t-elle ajouté.

Par la suite, et tout en s’assurant de rappeler qu’elle était entrepreneuse, qu’elle avait réussi sa vie et en voulant évoquer la conjoncture, Olfa Hamdi a considéré qu’on devait trouver une solution à une « conjecture » internationale. Elle a considéré que le gouvernement Bouden ne pouvait pas faire face à cette « conjecture » et a appelé le président de la République à en faire un gouvernement temporaire et à procéder à un remaniement ministériel. Elle a invité tout jeune désirant se présenter aux prochaines élections à prendre exemple sur elle et à se souvenir de son expérience à Tunisair. Elle a affirmé avoir été sacrifiée en raison de l’absence d’un soutien politique. Elle a appelé les jeunes à adhérer en masse à son parti.

Olfa Hamdi n’a pas pu s’empêcher d’évoquer sa désormais principale rivale, la présidente du Parti Destourien Libre, Abir Moussi. Selon elle, Abir Moussi cherche la destruction et le chaos contrairement à elle qui cherche à bâtir et à construire.

 

S.G


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page