National

Mounir Charfi : le retour des procès politiques nous conduira dans une impasse


Le président de l’Observatoire national pour la défense du caractère civil de l’État, Mounir Charfi, a réagi, vendredi 23 septembre 2022, à la convocation de l’ancien ministre et secrétaire général d’Attayar, Ghazi Chaouchi, devant le Tibunal de première instance de Ben Arous pour suspicions d’ « allégations mensongères » contre la cheffe du gouvernement Najla Bouden.  

Invité de Myriam Belkhadi dans la Matinale de Shems FM, il a avancé qu’une éventuelle condamnation de Ghazi Chaouchi dans cette affaire ouvrirait la porte à une nouvelle ère de procès politiques. Selon Mounir Charfi, cela « conduirait le pays dans une impasse ». « Si on nous prive de la liberté d’expression, cela nous renverra à l’avant Ben Ali. Il faut qu’on fasse très attention à cela et être conscient de la nécessité de défendre la liberté d’expression », a-t-il ajouté. 

Ghazi Chaouchi a été convoqué, hier, devant le juge d’instruction près le Tribunal de première instance de Ben Arous, mais son audition a été reportée. Au mois de mai 2022, la ministre de la Justice, Leila Jaffel, a donné ses instructions pour engager des poursuites judiciaires contre M. Chaouachi pour attribution de fausses informations à un fonctionnaire public concernant sa fonction et propagation de fausses nouvelles de nature à nuire à l’ordre public à travers les médias audiovisuels. Le politicien avait, alors, annoncé que Najla Bouden avait présenté sa démission au président de la République, mais ce dernier n’a pas officialisé la chose.

 

N.J


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page