National

Moez Hadidane : l’avenir de tout un pays est pris en otage par les entreprises publiques

Moez Hadidane : lavenir de tout un pays est pris en otage par les entreprises publiques

L’économiste et analyste financier Moez Hadidane a commenté, mercredi 8 février 2023, l’éventuel passage de la Tunisie par le Club de Paris pour résoudre la crise des finances publiques, dénonçant la nonchalance du gouvernement de Najla Bouden alors que le pays dispose de plusieurs pistes de financement qui pourraient lui éviter le Club de Paris, une catastrophe pour l’économie nationale selon plusieurs économistes. 

 

Invité de Wassim Ben Larbi dans l’émission Expresso sur Express FM, il a rappelé que l’accord avec le Fonds monétaire international (FMI) n’avait pas abouti car le gouvernement tunisien a failli à certains de ses engagements, indispensables à l’obtention d’un prêt auprès de cet organisme. Il a évoqué, dans ce sens la loi sur la restructuration des entreprises publiques qui n’a pas été publiée et l’opposition qu’ont manifesté certaines parties à un éventuel accord avec le FMI jugeant ses recommandations exorbitantes.

 

Cela n’a pas permis d’achever le schéma de financement et le gouvernement tunisien s’est retrouvé sans une partie du financement requis pour boucler le budget de l’État pour l’année 2023, selon l’expert. La Tunisie devait avoir accès à 1,9 milliard de dollars sur les cinq milliards de dollars dont elle a besoin.  

 

 

Moez Hadidane a signalé que le gouvernement ferait face à un défi de taille durant l’année 2023 compte tenu du volume des échéances de dettes qu’il doit rembourser ; en août le gouvernement doit rembourser sur le marché financier international l’équivalent de 540 millions de dinars en Yen japonais et puis en octobre 500 millions d’euros empruntés auprès de l’Eurobank. 

 

« Sans accord avec le FMI, nous serons obligés de déclarer que nous sommes dans l’incapacité de payer et de solliciter le Club de Paris », a-t-il avancé notant toutefois que d’ici là le gouvernement pourrait faire preuve de bonne volonté vis-à-vis du bailleur de fonds en engageant en partie les réformes nécessaires. 

Selon Moez Hadidane, la Tunisie dispose de plusieurs pistes dont la restructuration de l’écosystème de production. Il a dénoncé, dans ce sens, l’arrêt de l’exportation du phosphate et l’absence d’un accord sur l’Open Sky. « Il est intolérable que des gens bloquent l’exportation du phosphate alors que ce produit permet d’avoir des revenus qui couvrent une partie du déficit (…) Il n’y a aucune raison qui explique qu’une entreprise publique déficitaire bloque l’Open Sky alors que cela permettrait de doubler les recettes en devises du tourisme », a-t-il souligné déplorant la nonchalance du gouvernement. 

La situation des entreprises publiques tunisiennes est grave. Déficitaires, celles-ci sont un véritable fardeau pour l’économie nationale et l’État. Leur restructuration représentera un grand pas vers l’assainissement des finances publiques tunisiennes et permettra de relancer l’économie nationale sur de bonnes bases pour une croissance pérenne.

L’économiste a précisé que, contrairement à ce que l’on pense au sujet de la nécessité de lever les subventions comme condition sine qua non à l’obtention d’un prêt auprès du FMI, il suffirait d’engager des réformes dans ce sens pour effectivement orienter les subventions vers ceux qui en ont le plus besoin, pour ainsi donner des signaux positifs au FMI. « Le FMI s’attend à des progrès mais malheureusement rien ne se fait pour avancer. Il y a des programmes mais sur le terrain il n’y a rien de concret. Le gouvernement semble avoir les mains liées », a-t-il expliqué notant l’absurdité de la situation dans les entreprises publiques. « Il est intolérable que quatre ou cinq entreprises publiques prennent en otage l’avenir de tout un pays ». 

Le gouvernement de Najla Bouden a obtenu un accord préliminaire avec les experts du FMI en octobre 2022. Cet accord qui devait permettre au pays d’obtenir un financement de 1,9 milliard de dollars pour engager les réformes structurantes nécessaires est tombé à l’eau après que le conseil d’administration du FMI a ajourné sine die l’examen du dossier. 

Cela fait craindre le pire aux économistes. Certains estiment que le gouvernement sera dans l’obligation de solliciter le Club de Paris, ce qui risque de faire basculer la Tunisie dans le scénario libanais. 

 

N.J


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page