National

L'établissement de la Télévision nationale encerclé par une cinquantaine de véhicules de police


L’tablissement de la Tlvision nationale encercl par une cinquantaine de vhicules de police

 

Sur décision du gouverneur de Tunis, Kamel Fekih, une partie du personnel de la Télévision nationale a été réquisitionnée. Dans la soirée de mercredi 12 janvier 2022, une cinquantaine de véhicules de la police et de la Brigade anti-terrorisme ont encerclé l’établissement pour exécuter la décision du gouverneur annoncée en réaction à la grève des agents de la Télévision et qui devait commencer à minuit dans la nuit de mercredi à jeudi 13 janvier 2022.

 

C’est ce qu’a expliqué, le secrétaire général du syndicat de base des administratifs et techniciens de la Télévision tunisienne, Walid Manser, dans une déclaration accordée à Jawhara FM. Il a précisé que des agents spéciaux ont pénétré dans la salle de diffusion, les studios et même la régie finale, accompagnés de la chargée par intérim de gestion la Télévision nationale, Awatef Dali, dans le but d’empêcher le personnel d’entamer sa grève sous la menace.

Rappelant que la grève avait été annoncée il y a de cela trois mois, le syndicaliste a avancé que les négociations n’avaient pas pu aboutir, y compris celle organisée au siège du gouvernorat de Tunis, mercredi, et au terme de laquelle le gouverneur a donné ses instructions pour réquisitionner les grévistes.

« C’est une première dangereuse (…) Nos revendications sont réformistes contrairement à ce qu’on prétend », a-t-il indiqué avant d’accuser la chargée de la gestion de l’établissement d’être à la solde d’un agenda particulier. « Elle ne croit ni en la partie sociale, ni en la réforme (…) Nous tenons à notre grève et nous l’observerons réquisition ou pas. C’est une honte qui restera gravée dans le parcours de cette chargée de gestion », a-t-il déclaré.

 

Il a laissé entendre, dans ce même contexte, que la Télévision nationale subissait plusieurs pressions et que la chargée de la gestion de l’établissement l’avait elle-même avoué. « Qu’elle nous dise qui sont ces parties ! », a-t-il lancé avant de rejeter toute ingérence directe de la part du président de la République.

 

N.J. 


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page