National

Le vice-président du Conseil des ministres et ministre des Affaires étrangères et de la coopération Italien, Antonio TAJANI, à La Presse : « Nous devons faire plus et ensemble »

 

La visite du vice-président du Conseil des ministres et ministre des Affaires étrangères et de la Coopération italien, Antonio Tajani, avec le ministre de l’Intérieur, Piantedosi, dans notre pays s’inscrit dans un processus de renforcement des relations bilatérales et vise à confirmer, par une approche globale, le soutien constant apporté par l’Italie à la Tunisie, surtout en ce moment délicat de l’histoire récente du pays. Entretien.

C’est votre première visite en Tunisie en tant que vice-président du Conseil des ministres et ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale d’un nouveau gouvernement en Italie. Peut-on connaître l’objet de cette visite ?

Ma visite en Tunisie aujourd’hui s’inscrit dans le cadre des relations, déjà excellentes, qui unissent nos pays. Outre les liens historiques, culturels et d’amitié traditionnels, Tunis constitue pour l’Italie un partenaire stratégique, comme en témoignent la variété et la profondeur des relations bilatérales. Parmi ces dernières, je tiens à souligner que l’Italie est devenue le premier partenaire commercial de la Tunisie. Ma visite, avec le ministre de l’Intérieur Piantedosi s’inscrit donc dans un processus de renforcement des relations bilatérales et vise à confirmer, par une approche globale, le soutien constant apporté par l’Italie à la Tunisie, surtout en ce moment délicat de l’histoire récente du pays.

La migration sera sûrement à l’ordre du jour de votre visite. Quelle est la vision de votre gouvernement pour lutter contre la migration irrégulière et pour structurer la mobilité entre les deux pays ?

Il est indéniable que le dossier de la migration occupe une place centrale dans l’ensemble des relations entre l’Italie et la Tunisie. Les chiffres de l’année dernière montrent que le phénomène prend des contours inquiétants. 32.000 migrants irréguliers, dont 18.000 de nationalité tunisienne, sont arrivés en Italie en 2022. Au cours des deux premières semaines de cette année, plus de 1.700 personnes ont débarqué de manière illégale sur les côtes italiennes. 

Face à ces chiffres, il est prioritaire que la coopération entre nos deux pays se renforce encore d’un double point de vue. Je pense en particulier à la lutte contre les départs irréguliers, à travers un contrôle plus important et plus vaste des frontières, et aux processus de rapatriement, en prévoyant l’élaboration de mécanismes permettant d’augmenter le nombre des rapatriements effectués depuis l’Italie.

Je tiens à souligner que, précisément en raison de cette approche globale qui est la nôtre, l’Italie est toujours en première ligne pour soutenir les efforts des autorités tunisiennes dans ce domaine, comme en témoignent les 47 millions d’euros financés par le ministère italien des Affaires étrangères ces dernières années.

Je suis convaincu que nous devons faire plus et ensemble car il est du devoir des institutions d’assurer un avenir à nos jeunes générations. 

Sur le plan commercial, l’Italie est le premier partenaire de la Tunisie. Comment peut-on non seulement maintenir cette position mais aussi la développer. Y a-t-il des secteurs spécifiques où cette relation pourrait être davantage développée ?

Cette année encore, l’Italie s’est confirmée comme le premier partenaire commercial de la Tunisie avec une part de marché de 14,3%. Ce résultat extraordinaire est dû à plus de 900 entreprises italiennes qui opèrent, de façon stable, en Tunisie dans les différents domaines. Une présence qui, malgré les chocs exogènes de la crise pandémique et de l’agression russe contre l’Ukraine, n’a cessé de croître et a contribué à soutenir l’économie tunisienne, tant en termes d’investissement que de création d’emplois.

Dans ce cadre, dans le but de renforcer la coopération économique, j’ai l’intention de lancer, à l’occasion de ma visite, l’organisation d’un Business Forum en 2023 en Tunisie, qui constituera un outil efficace pour attirer plus d’investissements italiens dans le pays, en travaillant sur des terrains d’intérêt commun, également à la lumière des besoins du marché tunisien.

À cet égard, je tiens également à rappeler que nous envisageons d’accroître notre soutien au pays. Nous réfléchissons, en fait, à la mise en œuvre d’un certain nombre de lignes de crédit de notre coopération au développement en faveur du secteur des énergies renouvelables et des petites et moyennes entreprises tunisiennes, pour un montant total de 105 millions d’euros.  C’est notamment le secteur de l’énergie qui joue un rôle central dans le développement des relations économiques entre l’Italie et la Tunisie, également en raison de la crise énergétique mondiale actuelle et des perspectives extraordinaires en termes d’essor économique qu’a représenté l’approbation par l’UE du projet Elmed.

Le projet ElMed revêt une importance particulière pour l’Italie ainsi que pour la Tunisie. Quels sont les objectifs de ce projet et comment peut-il être bénéfique pour les deux pays ?

Comme je viens de le dire, l’approbation par la Commission européenne du projet d’interconnexion sous-marine Elmed a permis à la coopération économique entre l’Italie et la Tunisie de faire un saut qualitatif décisif. Le projet constitue en effet la première infrastructure stratégique d’interconnexion énergétique entre l’Europe et l’Afrique. Il s’agit là d’un tournant historique qui fera de nos deux pays de véritables hubs énergétiques sur leurs continents respectifs.

Notre objectif commun est de commencer à travailler immédiatement à la réalisation de cet important projet, d’une valeur de 850 millions d’euros, qui sera mis en œuvre par la société italienne « Terna » en collaboration avec la Société tunisienne de l’électricité et du gaz.

Les retombées bénéfiques d’Elmed seront extraordinaires. Je fais référence non seulement au domaine des énergies renouvelables, mais aussi à l’effet multiplicateur potentiel des investissements qu’apportera cet ouvrage. Tout aussi important  sera l’impact en termes de création d’emplois que l’arrivée de plusieurs nouvelles entreprises aura sur le marché du travail, en offrant des opportunités d’emploi dans des secteurs stratégiques aux jeunes Tunisiens.

Y a-t-il des offres, telles que des bourses d’études, pour faciliter la mobilité des étudiants tunisiens ?

Dans le cadre de la coopération culturelle, je voudrais mettre en relief la présence de taille du système éducatif italien en Tunisie. Celui-ci compte parmi ses acteurs principaux l’Institut italien de culture, la Société Dante Alighieri, l’école italienne « Istituto Scolastico Italiano G.B. Hodierna » et 3 lecteurs d’italien auprès des principales universités tunisiennes. L’importante présence italienne est également enrichie par l’octroi de bourses d’études.

L’an dernier, la Tunisie était le deuxième pays en termes du nombre de bourses accordées par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.  À ce levier s’ajoutent les bourses «Invest Your Talent in Italy», destinées aux masters universitaires, et la création du réseau «Almuni della Farnesina», qui permettra de créer une plateforme mondiale de contacts entre tous les étudiants ayant bénéficié de nos bourses. Je me réjouis enfin de rappeler le récent lancement de la Fondation Mama Sofia de bourses d’études en faveur de jeunes Tunisiens pour la participation à des cours de langue italienne en mémoire de l’ambassadeur Luca Attanasio, qui fit l’objet d’un attentat meurtrier en République démocratique du Congo en février 2021.

La formation universitaire n’est qu’un des terrains de la coopération bilatérale aux multiples facettes. En effet, nous travaillons au lancement de systèmes de formation professionnelle, en collaboration avec le Ministère tunisien du Travail et de la Formation professionnelle, avec un double objectif : 1) répondre aux besoins professionnels et de formation des entreprises italiennes présentes en Tunisie, et 2) créer de nouvelles opportunités d’emploi pour les jeunes générations en Tunisie. 

Comment peut-on mettre à profit l’héritage culturel entre nos deux pays ?

L’Italie et la Tunisie partagent des racines culturelles et historiques communes qui permettent à la collaboration dans le domaine de la valorisation du patrimoine culturel de se développer naturellement. Preuve en est les 12 missions archéologiques, financées par le ministère des Affaires étrangères, qui sont actives en Tunisie en 2022. Ces missions, en plus de couvrir de manière homogène l’ensemble du territoire tunisien, jouent un rôle fondamental qui ne se limite pas à la fouille et à l’étude des pièces archéologiques. Leur action produit des effets positifs qui vont bien au-delà de leur fonction première. Je pense notamment à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine culturel tunisien, à l’essor du tourisme et à l’implication des communautés locales dans la préservation des sites. Je voudrais également préciser que le travail des missions archéologiques italiennes constitue une opportunité extraordinaire d’échange d’informations scientifiques et de bonnes pratiques, mais aussi d’expériences, en voyant souvent des étudiants italiens et tunisiens travailler côte à côte pour la valorisation du patrimoine culturel.

Dans ce contexte, la candidature de Rome à accueillir l’EXPO 2030 revêt une importance particulière, y compris pour la Tunisie. En fait, l’aboutissement de la candidature italienne aura un effet multiplicateur sur le tourisme en Tunisie également. Grâce à sa proximité géographique et aux liens historiques traditionnels qui unissent Tunis et Rome, la Tunisie pourra à son tour devenir une destination très convoitée par les touristes qui se rendront en Italie à cette occasion. Pour toutes ces raisons, j’espère que la candidature de Rome pourra compter sur le soutien de Tunis.

L’article Le vice-président du Conseil des ministres et ministre des Affaires étrangères et de la coopération Italien, Antonio TAJANI, à La Presse : « Nous devons faire plus et ensemble » est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page