National

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme suit l’affaire Mehdi Ben Gharbia

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme suit l’affaire Mehdi Ben Gharbia

 

Ahmed Souab, avocat et président du comité de défense de Mehdi Ben Gharbi, a considéré que son client était la cible de campagne d’incitations et un bouc émissaire.

Dans une déclaration accordée le 6 décembre 2021 à la radio Diwan FM, Ahmed Souab a déploré l’attitude de la justice Tunisienne. Il a rappelé que le fils de son client âgé de cinq ans, orphelin de mère, n’a pas pu voir son père. Ce dernier se trouve malheureusement dans un état psychologique sensible.

« Il a été autorisé à voir directement son fils. L’administration de la prison a refusé cela sous prétexte de la situation sanitaire. Or, personne ne respecte ces mesures ! Même le président de la République ne porte pas de masque ! », a-t-il ajouté.

L’avocat a, également, évoqué les interrogatoires durant plus de quinze heures et l’absence de noms sur les ordonnances émanant du ministère public.

« On l’accuse de corruption, de détournement de fonds, de meurtre, de trafic d’organes et de plusieurs autres choses insensées ! Je tiens à préciser que les affaires concernant mon client n’avaient aucun lien avec les finances publiques ! Il s’agit de relations contractuelles entre parties privées. L’affaire n’a pas été instruite à charge et à décharge ! Nous ressentons que la justice cherche à inculper notre client par n’importe quel moyen ! », a-t-il déclaré.

Par la suite, Ahmed Souab a révélé que le comité de défense a été contacté par le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme en Tunisie.

« Ils ont exprimé leur souhait de suivre de près l’affaire ! La vérité finira par voir le jour et notre client sera acquitté », a-t-il ajouté.

Ahmed Souab a considéré que la Tunisie est entrée dans une nouvelle phase, celle de la justice de Kaïs Saïed.

« Nous avons vécu la même chose avec Ben Ali et Noureddine Bhiri ! Le président de la République fait pression, de façon générale, sur la justice ! Il prononce des jugements et influence la justice ! J’appelle les magistrats à préserver leur indépendance », a-t-il ajouté.

Ahmed Souab a, aussi, appelé le juge d’instruction à ne pas retenir les charges à l’encontre de son client.

Il a rappelé que Mehdi Ben Gharbi a été victime de chantage. Il a affirmé que les responsables étaient une mafia en relation avec des magistrats. Il a conclu que ceci démontrait que la justice était employée à des fins personnelles et au profit de cette mafia. Il a, à ce sujet, cité l’affaire de Chawki Tabib ayant été acquitté après avoir fait l’objet de pratiques similaires.

Enfin, Ahmed Souab a affirmé qu’il entamera un sit-in au sein du Conseil Supérieur de la Magistrature si le président procédait à la dissolution de ce dernier.

« Un tel acte dévoilerait la gravité de la situation et l’incompétence du pouvoir en place », a-t-il conclu.

 

 

 

 

S.G


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page