National

Le gouverneur de Ben Arous se montre agressif et perd ses nerfs face à une journaliste


Le gouverneur de Ben Arous se montre agressif et perd ses nerfs face une journaliste

 

Le gouverneur de Ben Arous, Ezzeddine Chalbi a été très tendu et d’une extrême arrogance, et c’est le moins que l’on puisse dire, face aux questions de la journaliste de Shems Fm, Khaoula Sliti, vendredi 28 janvier 2022, d’autant plus lorsque le sujet de la consultation nationale fût abordé.

 

Présente pour couvrir le déplacement du ministre de la Jeunesse et des Sports et l’ambassadeur chinois pour constater l’avancement du projet du complexe culturel et sportif au gouvernorat de Ben Arous, la journaliste Khaoula Sliti a pris une déclaration du gouverneur de Ben Arous, comme le supposent les règles du métier. Sauf qu’à sa grande surprise le responsable s’est rapidement monté agressif à son égard lorsqu’elle a posé la question portant sur les critiques dirigées contre la consultation nationale, notamment, en rapport avec la protection des données personnelles. C’est lui-même, d’ailleurs qui avait soulevé la polémique lorsqu’il avait demandé aux responsables d’une maison de jeunes à lui filmer et enregistrer les réponses des participants.

 

Une question a suffi pour mettre M. le gouverneur dans tous ses états. Il ne savait plus quoi dire et avait abordé le droit des forces armées de participer à la consultation. Un point qui n’a jamais été évoqué par la journaliste. Pire encore, il lui a signifié que les forces armées sont des citoyens de premier rang, mais aussi il l’a ouvertement accusée de diviser les Tunisiens et d’être commanditée par un groupe politique. Des accusations qu’il lui avait lancée en voulant mettre un terme à l’entrevue.

Malgré l’arrogance du responsable, Khaoula Sliti a fait preuve de retenue et de sang-froid, essayant d’accomplir sa mission avec beaucoup de professionnalisme.

 

A l’issue de cet incident, la journaliste se rend compte après avoir consulté les enregistrements que le gouverneur l’avait, même, accusée de toucher de l’argent en contrepartie « de sa mission ». De ce fait, elle assure qu’elle ne se laissera pas faire, soulignant qu’elle va soumettre tous les enregistrements au syndicat des journalistes et qu’elle le poursuivra en justice et exiger qu’il fournisse les preuves de ses accusations.

 

S.H

 


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page