National

Le Front de salut prépare la création d'un gouvernement de sauvetage


 

Le fondateur du Front de salut national, Ahmed Néjib Chebbi a affirmé que les chiffres avancés par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) ne reflétaient pas la réalité. Il a estimé que ces chiffres ne correspondaient pas au constat établi par les électeurs au sein des centres de vote. Il a assuré qu’une grande partie des citoyens avaient boycotté le référendum faisant des centres de vote des endroits désertiques. Il a estimé que le peuple avait refusé de participer à la mascarade orchestrée par le chef de l’Etat, Kaïs Saïed.

 

Dans une conférence de presse du 26 juillet 2022, Ahmed Néjib Chebbi a appelé le président de la République à démissionner en raison de l’échec du référendum. « Le Front de salut conteste les faux résultats du référendum. L’instance a prouvé son implication dans l’opération de falsification et qu’elle n’était ni neutre ni indépendante. La constitution de 2014 est la seule source de légitimité… Le Front appelle à une concertation urgente entre tous les partis démocratiques afin d’entamer un dialogue national excluant Kaïs Saïed puisqu’il s’agit d’un usurpateur ayant falsifié la volonté populaire et ayant unilatéralement rédigé la constitution… Nous appelons l’ensemble des forces à tenir un dialogue inclusif dans le but d’élaborer un programme social et économique et de former un gouvernement de sauvetage ayant pour mission de gouverner durant la prochaine période et de préparer des élections anticipées », a-t-il déclaré.

 

Le Front de salut a appelé à un dialogue national regroupant les opposants au processus du 25 juillet 2022 suivi de la formation d’un gouvernement de sauvetage présidé par une personnalité nationale. La création de ce gouvernement sera soumise à un vote de confiance de la part de l’Assemblée des représentants du peuple présidée par Rached Ghannouchi.

Ce dernier a réaffirmé, dans une déclaration accordée le 18 juillet 2022 au journal Al Arabi Al Jadid, l’intention du mouvement Ennahdha et du Front de salut national d’organiser un dialogue aboutissant à la création de ce gouvernement. Il a expliqué que l’Assemblée des représentants du peuple existait encore, détenait encore sa légitimité et pouvait se réunir à n’importe quel lieu. Il a annoncé que ce dialogue aboutira à la création d’un gouvernement chargé d’organiser des élections législatives, mais aussi présidentielle anticipées.

 

De son côté, le membre du Front de salut national et fondateur du mouvement « Citoyens contre le coup d’Etat », Jaouhar Ben M’barek a considéré que les chiffres relatifs au taux de participation au référendum démontraient une baisse de la cote de popularité du chef de l’Etat, Kaïs Saïed. Il a estimé que la majorité avait boycotté le référendum et que le Front de salut national avait réussi sa mission.

 

Pour rappel, le chef de l’Etat, Kaïs Saïed, avait ordonné la tenue d’un référendum à la date du 25 juillet 2022. Il avait par la suite formé une commission chargée d’élaborer une proposition de nouvelle constitution. Kaïs Saïed avait mis de côté le projet présenté par la commission et choisi de soumettre au référendum un autre texte. Par la suite, il l’a modifié en plein milieu de la campagne référendaire. Le référendum a témoigné de la participation de seulement 27,54% des électeurs inscrits, soit 2,4 millions des 9,2 millions d’électeurs inscrits. Plus de 92% des votants se sont exprimés en faveur du projet de la nouvelle constitution.

 

 

S.G


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page