National

Le derby enflammé entre Wadii Jarii et Kamel Deguiche !

 

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Kamel Deguiche, a affirmé qu’il voulait que le public puisse assister à la rencontre entre la Tunisie et la Zambie du 16 novembre 2021. « J’avais commencé à inviter les ministres, la cheffe du gouvernement et le président de la République afin d’en faire un moment de joie nationale et d’exprimer notre solidarité avec l’équipe nationale », a-t-il expliqué.

 

Dans une déclaration accordée le 21 novembre 2021 à la Radio IFM, Kamel Deguiche a rappelé que son ministère et le président de la République avaient autorisé la présence du public dans les stades et salles de sport.

« J’ai reçu un sms m’informant que le match se déroulera à huis clos. Je n’avais rien compris ! Le ministre de tutelle n’a pas été informé ! Il s’agit d’une défaillance ! Le ministère des Sports n’a pas été consulté au sujet de la situation sanitaire ! En absence d’une autorisation du ministère de la Santé, la Fédération Tunisienne de Football (FTF) aurait dû contacter le ministère des Sports afin de trouver une solution ! Ceci ne peut être considéré que comme de la mauvaise foi ! », a déploré le ministre.

Kamel Deguiche a révélé que l’un des dirigeants de la FTF l’avait contacté pour permettre aux arbitres bloqués à l’aéroport, d’entrer sur le territoire tunisien. Ces derniers n’avaient pas complété leurs schémas vaccinaux. Le ministre des Sports avait contacté celui de la Santé qui a débloqué la situation en une quinzaine de minutes. La même chose aurait pu avoir lieu au sujet de l’autorisation émanant du ministère de la Santé. Le ministère a, par la suite, été informé par la Confédération Africaine de Football (CAF) de l’absence de cette autorisation.

 

 

« Or, le président de la commission médicale de la CAF n’est autre que le président de la FTF Wadii Jarii ! Le peuple tunisien doit donc comprendre que le président de la FTF œuvrait contre les intérêts de son pays ! La CAF avait informé la Tunisie de la nécessité de présenter l’autorisation depuis le 31 octobre 2021. Nous avions publié le communiqué affirmant le retour du public depuis le 4 novembre de la même année ! », a-t-il expliqué.

« La FTF a œuvré contre les intérêts du peuple et de l’équipe nationale. Tout cela résulte de la peur du président de la FTF d’être insulté par le public suite à la défaite de l’équipe nationale face à la Guinée Equatoriale à la date du 13 novembre 2021 ! Le président de la FTF a pris le peuple tunisien en otage ! Ce genre de manœuvre n’aura plus lieu ! Il y a un Etat, une cheffe du gouvernement et un président de la République ! La fête est finie ! La personne portant atteinte à la Tunisie n’a pas lieu d’exister dans le paysage sportif ! Le message est clair ! », a assuré le ministre.

 

De son côté, le président de la FTF, Wadii Jarii a assuré que les faits rapportés par le ministre des Sports étaient mensongers et déformaient la réalité.

 

 

Dans une publication Facebook du 21 novembre 2021, Wadii Jarii a appelé le président de la République à intervenir. « Il est déraisonnable pour un ministre tunisien de s’adresser au peuple avec des accusations aussi dangereuses contre un citoyen tunisien, et d’inciter contre lui à travers un média », a-t-il écrit.

Il a, ainsi, considéré que le ministre Kamel Deguich était responsable de toute agression verbale ou physique dont lui ou sa famille pourrait être la cible.

 

Wadii Jarii a affirmé être en possession d’éléments prouvant la fausseté des allégations du ministre et réfutant son récit. Il a considéré que ce genre de discours ne doit pas émaner d’un ministre quelles que soient les divergences et les conflits entre lui et d’autres responsables ou hauts fonctionnaires.

« Le ministre a confirmé qu’il a chargé des juristes et des spécialistes de se pencher sur des dossiers me concernant. Pouvons-nous, alors, comprendre qu’il y aurait des efforts pour élaborer de fausses accusations contre moi », a conclu le président de la FTF.

 

S.G


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page