National

“Le bâtiment principal de l’ARP pourrait s’effondrer” : Du pain bénit pour Kais Saied?

Dans cette guerre éminemment politique qui ne dit pas son nom, où chaque camp use sans retenue des armes dont il dispose, les adversaires du chef de l’Etat, Kais Saied, viennent de jeter une autre pierre dans son jardin. La petite musique de la dangerosité du bâtiment principal de l’ARP (Assemblée des Représentants du peuple), qui risquerait même de “s’effondrer“, commence à monter. Le remède pour sauver les lieux, semble-t-il : rouvrir l’accès au bâtiment pour d’abord constater les dégâts et ensuite lancer les travaux qui s’imposent. Mais voilà : Kais Saied a fait boucler tous les accès du Parlement…

Le député d’Ennahdha Maher Medhioub a jeté l’affaire sur la place publique. Certains diront qu’en réalité c’est un missile qu’il envoie directement au palais de Carthage pour régler des comptes, et qu’il n y a aucun péril imminent au Parlement. Mais puisque ça a été ébruité, il faut creuser la question histoire de s’assurer qu’on ne passe pas à côté d’un réel danger, qui plus est dans un endroit hautement symbolique.

 Pour le secrétaire général de l’ARP, Adel Hanchi, la cause est entendue : le Parlement est un pilier des institutions de la République qui doit être dissocié des problèmes des députés. «Nous devons préserver cette institution des tiraillements. De nombreux acteurs ont tenté d’exploiter cette institution à des fins partisanes et politiques», a déclaré Hanchi ce jeudi 11 novembre dans une radio privée de la place. Au sujet de la prétendue dangerosité du bâtiment principal de l’ARP, il a affirmé que l’administration n’est au courant de rien. «Présentement nous sommes installés dans le bâtiment secondaire, qui fut la Chambre des conseillers. L’équipe est restreinte, 10 à 12 employés. On s’en tient à des tâches administratives courantes telles que le paiement des salaire», a-t-il indiqué…

Hanchi a commenté les propos alarmistes du député nahdhaoui : l’administration de l’ARP n’a aucune information sur l’état du bâtiment principal. Il a ajouté que le dossier est du ressort de l’Institut National du Patrimoine (INP), et que ce dernier devait ausculter les lieux vu leur valeur historique. «Il y a certes un budget dédié à l’entretien et à la réfection. Mais nous n’avons pas les ressources humaines pour de tels travaux. En plus il est impossible d’accéder au bâtiment de l’ARP… Le musée du Bardo est également inaccessible (…). Le complexe est placé sous l’autorité de la garde présidentielle», a dit le secrétaire général du Parlement.

«Il faut s’occuper de ce bâtiment. J’ai envoyé plusieurs lettres à la présidence de la République sur cette affaire (…). L’administration de l’ARP avait en charge l’entretien du bâtiment et des jardins. Près de 250 agents étaient affectés à cette tâche», a-t-il conclu.

Maher Medhioub n’a peut-être pas évalué la portée de ses déclarations. Kais Saied pourrait très bien exploiter la situation et couper l’herbe sous le pied de ses adversaires en assénant : ‘Après tout puisque le bâtiment est dangereux, fermons les lieux pour une longue durée pour procéder à sa rénovation’. Le front anti-Saied n’a pas pensé à ça ?


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page