National

L'avocat de Mohamed Frikha révèle les dessous de l'affaire


 

L’homme d’affaires, fondateur de la compagnie aérienne Syphax Airlines et directeur général de l’entreprise Telnet, Mohamed Frikha a été interpellé et placé en garde à vue depuis le 12 septembre 2022 dans le cadre d’une enquête pour soupçons de crimes terroristes. Sa détention a eu lieu sur ordre du ministère public près le pôle antiterroriste. On l’accuse d’avoir participé à la déportation de Tunisiens vers les zones de conflit, notamment, la Syrie.

L’Homme d’affaires est accusé d’avoir mis à disposition des circuits de déportation sa compagnie aérienne. Il aurait mis en place un réseau d’avions servant uniquement à transporter les Tunisiens en Turquie. Ce pays est connu pour avoir servi de point de passage à de nombreux djihadistes vers la Syrie. 

L’avocat de M. Frikha, maître Mohamed Ali Gherib a indiqué, dans une déclaration accordée le 20 septembre 2022 à Business News, que son client était à la disposition de la Brigade antiterroriste. Il a, également, indiqué que l’homme d’affaires devait comparaître, le lendemain 21 septembre 2022, devant le procureur de la République. « Le procureur de la République décidera soit de confier l’affaire au juge d’instruction ou d’ouvrir l’enquête. Le juge d’instruction décidera par la suite de la maintenir en garde à vue, de le libérer, d’émettre un mandat de dépôt à son encontre ou de lui interdire de quitter le territoire », a-t-il expliqué.

 

Évoquant la comparution prévue devant le procureur de la République, maître Gherib a évoqué l’état de santé de son client. Mohamed Frikha avait été hospitalisé dès le 14 septembre 2022. L’homme d’affaires a, malheureusement, été victime d’un malaise cardiaque. Il a dû être transporté d’urgence à l’hôpital Charles Nicolle. Après six jours d’admission, M. Frikha a dû subir une intervention chirurgicale. On lui a posé un premier stent afin d’éviter que son artère coronaire ne se rebouche. Mohamed Frikha devra subir une autre intervention afin de faire poser un deuxième stent. Celle-ci aura lieu dans deux semaines.

 

L’avocat a, également, évoqué les soi-disant faits souvent relayés en rapport avec l’arrestation de son client. Maître Ghribi est revenu sur les récits mentionnés par certains internautes et médias. Il a indiqué que Frikha a même été interrogé sur un « Allahou Akbar » lancé une fois par un voyageur. Le dossier porte sur des instructions données au personnel navigant de porter des pantalons et sur des hommes « barbus » qui auraient fait appel à Syphax Airlines pour voyager en dehors de la Tunisie. Il a déclaré qu’un commandant de bord avait une fois récité la prière du voyage (Douaa al safar) et que par malheur, ce dernier avait le même nom de famille qu’un célèbre leader du mouvement Ennahdha.

 

Concernant les vols effectués par la compagnie aérienne, Maître Gherib a expliqué que ce chiffre était bien inférieur à celui effectué par Tunisair. En l’espace de deux ans, Syphax Airlines a assuré 150 vols de la Tunisie vers la Turquie contre 400 vols pour la Tunisair. Pour ce qui est de la création de l’entreprise, l’avocat a nié tout lien avec le mouvement Ennahdha. Syphax Airlines avait, en effet, officiellement commencé ses opérations en 2012 alors que Abdelkrim Harouni était à la tête du ministère du Transport. Néanmoins, le dossier avait été déposé en 2011 et avait obtenu l’autorisation auprès de feu Béji Caïd Essebsi alors qu’il occupait la fonction de chef du gouvernement. L’Office de l’aviation civile et des aéroports et le ministre du Transport avaient été contactés par Frikha au sujet de la création de la compagnie aérienne depuis 2011 aussi.

 

Au sujet des vols de retour de la Turquie sans voyageurs, maître Ghribi a expliqué qu’il s’agissait en grande partie de vols assurant le transport de pèlerins vers la Mecque. Il a, également, indiqué que la Turquie était une destination très prisée par les individus faisant l’objet d’enquêtes judiciaires en Tunisie. Ces personnes, impliquées dans des affaires de drogues ou de chèques sans provision, choisissent de s’enfuir en Turquie jusqu’à régularisation de leur situation. « Le seul crime de Mohamed Frikha est celui d’avoir été candidat indépendant sur la liste électorale du mouvement Ennahdha pour les législatives de 2014. Il est en train de le payer très cher !… On soutient que la compagnie a été créée pour transporter certaines personnes pour une durée bien déterminée. Elle a fait faillite une fois qu’on en avait plus besoin. Ceci est archi-faux… Cette compagnie assurait des vols vers plus de trente destinations différentes dont un vol direct vers Montréal au Canada… La compagnie n’a jamais assuré le moindre vol entre la Libye et la Turquie… Il y a eu des vols entre Sfax et la Libye et des vols vers la Turquie en raison de la forte demande… Les Tunisiens partent en Turquie car il n’y a pas de visa ! C’est aussi simple que ça ! », s’est-il exclamé.

 

Maître Gherib a rappelé que les compagnies aériennes n’étaient pas chargées d’enquêter sur l’identité des voyageurs ou de procéder à des vérifications. Il a précisé qu’il s’agissait de tâches relevant des prérogatives de la police des frontières et de la douane et non-pas du transporteur aérien. Il a, par la suite, évoqué le transport par le frère de Mohamed Frikha, lui aussi arrêté dans le cadre de la même affaire, d’une valise contenant des millions d’euros vers la France. « On suppose qu’il a pu normalement passer le contrôle de la douane et de la police des frontières… Il est arrivé en France. Il aurait traversé, encore une fois, le contrôle de la police des frontières et de la douane du côté français. Lorsqu’il était à l’extérieur de l’aéroport, un douanier s’est rendu compte qu’il transportait une valise considérablement lourde. Il lui a proposé de l’aider et c’est à ce moment-là qu’il s’est rendu compte que le frère de mon client transportait des millions d’euros. Le douanier lui aurait souri et lui a souhaité bon séjour ! », a-t-il ajouté.

 

L’avocat de M. Frikha a rappelé que la compagnie Syphax Airlines était une société anonyme constituée en Tunisie conformément à la loi. Il a assuré que l’entreprise était en règle et que les documents relatifs aux assemblées, aux bilans et à sa gouvernance pouvaient être consultés par tout le monde. Il suffit de se rendre au registre national des entreprises. Il est possible de se pencher sur le financement de l’entreprise et des transactions auxquelles elle a participé. « Mohamed Frikha est lauréat national des épreuves du baccalauréat de l’année 1983… Il est premier de sa promotion de l’Ecole centrale polytechnique de Lille… Il collabore avec Roscosmos, l’équivalent de la Nasa en Russie… Nous sommes en train de détruire une lueur d’espoir… Le pays souffre depuis des années de la propagation de la médiocrité ! Mon client est mal en point, c’est dramatique ! Mon client subit un véritable procès populaire sur les réseaux ! Son état de santé est préoccupant et il ne fait pas semblant d’avoir un malaise ! », a-t-il déploré

 

S.G


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page