National

Kaïs Saïed : le cadre législatif doit être amendé au profit des sociétés communautaires


 

 

Le président de la République, Kaïs Saïed a reçu, jeudi 24 novembre 2022, le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières Mohamed Rekik, au palais de Carthage.

 

La rencontre a été l’occasion de discuter du cadre législatif des domaines de l’Etat, la nécessité de les préserver et d’amender les textes de loi afin de ne pas délaisser ces biens, mais aussi pour qu’ils puissent profiter au peuple tunisien, notamment, dans le cadre des sociétés communautaires, comme cela a déjà été exprimé par un grand nombre de citoyens.

 

A cette occasion, le président de la République a indiqué au ministre: « Je vous ai convoqué à propos des domaines de l’Etat de manière générale, mais plus particulièrement de la situation foncière. Le droit foncier a été mis en place en Tunisie en 1885, mais ce droit a été mis en place pour permettre aux colonisateurs de mettre la main sur les terres tunisiennes. Il y a eu une grande polémique au sujet des lois, notamment vers la fin des années 80. Aujourd’hui, il est temps de mettre un terme aux multiples dépassements dans plusieurs régions, notamment pour les personnes influentes, et qui le sont toujours, qui voudraient mettre la main sur les terres domaniales en vertu des lois en vigueur, sous prétexte des lois existantes et des contrats conclus dans les chambres noires depuis des années. Les domaines de l’Etat sont les biens du peuple tunisien. Aujourd’hui, il faut mettre un terme à cette situation et à cette injustice. La corruption ayant sévi en Tunisie depuis des décennies est comme un cancer qui ronge le corps de la société et de l’Etat. Il est temps de mettre en place de nouvelles législations afin d’arrêter cette injustice et cette iniquité. Il faut abolir ces contrats et les réviser. Il n’est pas possible de prendre les lois comme prétexte, il faut les développer pour rétablir le droit du peuple à une vie digne. Il n’est pas possible que ces biens soient la propriété d’une personne ou d’un groupe de personnes au détriment des moyens de subsistance des Tunisiens ». 

 

S.H

 

 


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page