Culture

Journées musicales de Carthage (du 21 au 28 janvier) : Une expérience artistique particulière

 

Des têtes d’affiche, des rencontres, des panels…L’artiste aux JMC est aussi acteur culturel, citoyen et créateur qui réfléchit sur son statut, pense sa condition, bouscule les frontières et donne à voir et à écouter un son nouveau.

C’est la 8e édition des JMC, encore une pour ouvrir les voies d’une écriture nouvelle et des perspectives innovantes de création, de production et de diffusion. Depuis leur lancement en décembre 2010 et à ce jour, les Journées musicales de Carthage sont une expérience particulière dans le paysage général des festivals. Une expérience qui se vit avec intensité, offrant et se nourrissant d’une scène musicale vigoureuse longtemps oubliée ou considérée indésirable…

Voilà qu’au bout des 7 précédentes éditions, ce jeune festival né grand a relevé le défi et avec sa nouvelle directrice artistique l’artiste, Dorsaf Hamdani, un élan différent est pris.

Bâtir sur ce qui a précédé et renforcer avec sa vision d’artiste mais aussi d’actrice culturelle, une opportunité de rencontre, d’échange et de développement de projets.

Du 21 au 28 janvier, les JMC invitent des artistes qui, eux aussi, ont commencé dans des structures alternatives et qui sont aujourd’hui une expression incontournable de la scène arabe et internationale. Des têtes d’affiche seront sur la scène, à la rencontre d’un public qui s’excite déjà à l’idée d’assister à leurs prestations. El Far3i, Massar Egbari, Bu Kholthoum, Jadal, Mike Massy, Karim Ziad, Jawhar Basti, Yacine Boularès… seront le must de la programmation, une programmation qui propose des espaces aux projets sélectionnés : 29 parmi 97 candidatures, une visibilité et des opportunités diverses grâce à la présence de nombreux professionnels qui seront présents pour apporter appui, conseil et même plus.

Nostalgia, le concert du compositeur tunisien Rabii Zammouri, sera aussi un moment d’exception. A travers lequel il revisite un florilège de ses compositions de musiques de film et de génériques de feuilletons. Des compositions ancrées dans les mémoires de nous tous et qui évoquent chez le public nostalgie et souvenirs.

Le JMC Market, les rencontres professionnelles, les masterclass, les panels sont le nerf de la guerre des journées musicales, celui qui donne à ce festival ce côté entreprenant qui lui est inhérent. Car les JMC sont un moyen d’entreprendre une carrière, d’y réfléchir, de la discuter, de la concevoir et la développer suivant des schémas différents hors du sillage, hors des sentiers pour en créer d’autres plus libres, plus affranchis.

Et comme l’évoque Dorsaf Hamdani, la directrice des JMC, « Rares sont les événements culturels qui traversent le temps sans opérer une mutation, sans provoquer un changement, sans faire basculer les esprits. Aujourd’hui, les JMC sont une réalité, un festival tant attendu par les professionnels tunisiens et étrangers et également par legrand public, par ces mélomanes en quête de nouvelles voix, expériences et surtout qui souhaitent être surpris, bouleversés, enchantés ». Et elle poursuit : « Pour perdurer, il faut toujours à mon avis questionner en permanence la vocation et le devenir de cette manifestation. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas penser la vision des JMC sans se poser cette question pertinente et primordiale: c’est quoi les Journées musicales de Carthage ? Est-ce un festival ? Est-ce un concours pour des prix ? Est-ce des rencontres ? Est-ce qu’il s’agit d’un festival consacré essentiellement au public en lui faisant rencontrer ses artistes préférés locaux et internationaux ? Ou est-ce une plateforme professionnelle pour donner des moyens aux artistes tunisiens émergents et les produire, les faire tourner ? Un festival, selon moi, est tout ça à la fois. Et les Journées musicales de Carthage s’y prêtent parfaitement ».

L’article Journées musicales de Carthage (du 21 au 28 janvier) : Une expérience artistique particulière est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page