National

Haykel Mekki : les conditions d'éligibilité sont excessives et irréalistes


Le mouvement Echaâb participera aux législatives anticipées prévues en décembre 2022, a annoncé le dirigeant et député du parti, Haykel Mekki, vendredi 23 septembre 2022. 

Il a précisé que son parti avait émis des réserves sur les conditions d’éligibilité « excessives et irréalistes », notant dans une déclaration à la Tap, que cela risque de consacrer davantage la bureaucratie. 

Selon ses dires les conditions d’éligibilité posent plusieurs problématiques, entre autres le risque de clanisme. Il a évoqué, dans ce même contexte, la répartition des circonscriptions et un éventuel retour du tribalisme. 

En vertu de la nouvelle loi électorale, la candidature pour les législatives est un droit pour tout électeur ou électrice né de père ou de mère tunisienne et n’ayant pas une autre nationalité que celle tunisienne pour les circonscriptions du territoire tunisien. Le candidat doit avoir au minimum 23 ans le jour du dépôt de sa candidature et doit avoir un casier judiciaire vierge. Il ne doit faire l’objet d’aucune restriction définie par la loi et doit résider à la circonscription dans laquelle il se présente.

Cependant, certains électeurs n’ont pas le droit de présenter leur candidature à l’assemblée des représentants du peuple pendant un an avant la fin de leurs fonctions. Il s’agit des membres du gouvernement et des chefs de cabinets, les magistrats, les chefs des missions diplomatiques et consulaires, les gouverneurs, les premiers délégués, les secrétaires généraux des gouvernorats, les délégués et les omdas, les imams ainsi que les présidents des structures et des clubs sportifs. Ces électeurs ne peuvent se présenter dans la dernière circonscription où ils ont exercé leurs fonctions durant au moins un an avant de présenter leur candidature.

Le candidat doit présenter à l’instance supérieure indépendante pour les élections un résumé de son programme électoral, accompagné par une liste nominative de 400 parrainages d’électeurs résidant dans la circonscription. Les parrainages doivent être munis d’une signature légalisée. Les parrainages doivent répondre à la règle de parité et le nombre des jeunes de moins de 35 ans ne doit pas être inférieur à 25%. Un électeur ne peut parrainer plus d’un candidat.

Haykel Mekki a signalé, par ailleurs, que l’unilatéralisme du président de la République, Kaïs Saïed, représentait une grande faille dans le processus du 25-Juillet affirmant que le chef de l’Etat aurait dû prêter attention aux revendications des partis et des composantes de la société civile en ce qui concerne les prérequis pour assainir le climat politique avant de s’engager dans les élections. 

 

 

N.J


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page