National

Fadhel Abdelkafi : le régime est en train de s'amuser avec l'État


Le président d’Afek Tounes, Fadhel Abdelkefi, a avancé, mardi 22 novembre 2022, que le régime en place était en train de s’amuser avec l’État et ses institutions pointant du doigt de nombreuses absurdités dans la constitution de 2022, entre autres. 

 

Invité de Borhen Bsaies sur IFM, il a évoqué la question du Conseil des régions et des districts que le chef d’Etat souhaite instaurer via des élections, le politicien et ancien ministre a signalé l’erreur commise par certains en assimilant ce conseil à un Sénat. Il a ajouté, dans ce sens, que la répartition administrative du territoire tunisien ne correspond pas au schéma que veut Kaïs Saïed puisqu’il n’a jamais été question de districts en Tunisie mais plutôt de gouvernorats et de délégations, notamment. 

Interpellé sur ce que son parti revendique, il a réitéré la nécessité d’organiser une élection présidentielle anticipée sur la base de la nouvelle constitution rappelant que Kaïs Saïed avait été élu conformément aux dispositions de la constitution de 2014 et a prêté serment sur celle-ci. « Quand il y a eu référendum sur la cinquième République en France, on a organisé des élections et de Gaulle est, ainsi, devenu président », a-t-il déclaré rappelant que Kaïs Saïed se compare souvent au général Charles de Gaulle.  

 

Il a, également, rappelé les réserves que portent son parti sur certains articles de la constitution – l’article 5, notamment – ou encore les prérogatives que le président de la République s’est octroyées. « Je me refuserai de promulguer une loi alors que le parlement est fermé ou encore de nommer les membres de la Cour constitutionnelle », a souligné Fadhel Abdelkefi ajoutant que la démarche dans son ensemble signifie que l’on est en train de s’amuser avec l’État.  

Le président d’Afek Tounes a par ailleurs, appelé la famille politique moderniste à s’unir et à soutenir le prochain candidat à la présidentielle qui aurait le plus de chance de gagner la course. 

Interrogé sur l’interdiction de voyager le visant et l’affaire en justice qui serait derrière cette décision, l’ancien ministre a réfuté tout lien avec l’affaire des paris sportifs et a assuré qu’il n’avait jamais été impliqué dans des jeux de paris. 

Fadhel Abdelkefi a précisé qu’il avait appris qu’il était fiché S8 – une interdiction de voyager sur la base d’une décision de justice – alors qu’il n’a pas été convoqué dans le cadre d’une quelconque investigation ou affaire en cours. « La Tunisie est le seul pays où l’on est interdit de voyager par contumace », a-t-il indiqué notant qu’il était en voyage quatre jours avant.  

 

N.J. 


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page