National

Des organismes et personnalités expriment leur solidarité avec Raoudha Karafi


 

Des personnalités, organismes et associations nationales, ont publié, jeudi 28 janvier 2022, un communiqué de soutien à la juge et présidente d’honneur de l’Association des magistrats tunisiens (AMT), Raoudha Karafi.

Notant que Mme Karafi, qui a toujours milité pour une justice indépendante, a récemment défendu, avec audace, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) contre les attaques du président de la République, Kaïs Saïed, et appelé à ce que les dossiers des juges corrompus et les lacunes du système judiciaire soient traités au sein même de l’appareil judiciaire et dans le cadre de la loi et de la transparence, ce qui lui a valu d’être prise pour cible.

 

Raoudha Karafi, avait annoncé samedi dernier qu’elle avait reçu des menaces sans en préciser la nature ou la teneur. Elle a ajouté qu’elle répondrait à ces menaces ultérieurement exprimant sa gratitude envers toutes les personnes qui l’ont soutenue, y compris celles qui ne partagent pas son opinion.

« En temps de grande crise, vous vous trouvez face à deux choix, soit vous gardez le silence, soit vous parlez suivant ce que le devoir et la responsabilité exigent (…) Le choix n’est pas facile, car parler en ces temps difficiles a un coût que nous avons déjà payé et que nous continuons à payer. Toutefois, j’ai choisi de parler et de m’exposer pour dire ce que je vois réellement (…) », a-t-elle écrit faisant allusion aux insultes auxquelles elle a dû faire face sur le plateau de Yahdoth fi Tounes sur la chaîne Hannibal TV. La veille, en effet, elle avait quitté le plateau après un clash avec un des soutiens du président de la République et son entreprise du 25-Juillet, Slah Eddine Daoudi.

Celui-ci a brutalement interrompu la juge accusant la justice d’avoir couvert des dossiers de terrorisme et de laxisme dans le traitement de certaines affaires en référence à la libération de certains individus soupçonnés d’être impliqués dans des affaires touchant à la sécurité nationale.

 

Outrée, Mme Karafi a laissé entendre que – dans ce contexte actuel – le terrorisme n’était qu’un épouvantail et que l’Exécutif n’avait nullement le droit d’interférer dans le processus judiciaire. Elle a ajouté, dans ce sens, que l’objectif de l’Exécutif serait de soumettre le Conseil supérieur de la magistrature.

Raoudha Karafi a souligné l’importance de l’indépendance des juges précisant que l’organe judiciaire est le seul garant des équilibres et seul outil de contrôle des politiques. Elle a poursuivi en assurant qu’il était à présent clair que le chef de l’Etat souhaite nommer lui-même les juges et les dompter à sa guise.

Les signataires ont dénoncé la campagne de violence politique et de discrimination ainsi que les menaces qui ont visé la juge Raoudha Karafi à cause de ses positions et lui ont exprimé leur soutien absolu à son droit d’exprimer son point de vue sans que cela ne porte atteinte à sa dignité de citoyenne libre. Ils tiennent le pouvoir exécutif pour esponsable de tout abus ou menace qui pourrait l’affecter ou sa famille du fait de cette campagne odieuse, et appellent le ministère public à agir pour démasquer les responsables.

Les signataires ont aussi appelé la Haica à intervenir conformément à la loi et à prendre les mesures qu’elle jugera appropriées pour réprimer les dépassements et les préjudices causés à Raoudha Karafi sur le plateau de Yahdoth fi Tounes sur la chaîne Hannibal TV.

 

On retrouve parmi les signataires la Ligue tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LTDH), EuroMed rights, l’association Bayti, et l’Organisation mondiale contre la torture.

 

 

M.B.Z


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page