National

Covid-19 : Jalila Ben Khelil tire la sonnette d’alarme


 

Le membre et porte-parole du comité scientifique de lutte contre le Coronavirus, Jalila Ben Khelil, a annoncé, mercredi 5 janvier 2022, que tous les indicateurs épidémiologiques étaient dans le rouge.

En date du 3 janvier 2022, la Tunisie a enregistré 2.275 nouveaux cas de Coronavirus sur 23.361 tests de dépistage effectués, soit un taux de positivité de 9,74 %, selon le dernier bilan du ministère de la Santé.

Dans une intervention dans la Matinale de Myriam Belkadhi sur Shems FM, elle a signalé une propagation rapide du variant Omicron précisant que le séquençage génomique a révélé 33 contaminations par ce variant depuis sa découverte en Tunisie début décembre 2021.

Fin décembre, les autorités sanitaires tunisiennes ont signalé que 30 à 40% des cas positifs recensés étaient porteurs du nouveau variant Omicron.

 

Dr Ben Khelil a avancé que la hausse des cas de contaminations était prévisible de par la virulence du nouveau variant. Omicron a, rappelons-le, été détecté pour la première fois en Afrique du Sud vers la fin du mois de novembre 2021 alors que le monde vivait au rythme d’une nouvelle vague de contaminations au Coronavirus. Il présente plusieurs mutations en comparaison avec les autres variants. Son comportement pourrait être imprévisible, selon les scientifiques. Les mutations détectées sont liées à la capacité du virus à résister aux vaccins, ce qui le rend plus virulent, d’après l’OMS.

Jalila Ben Khelil a ajouté, par ailleurs, que ce variant touchait, en particulier, les personnes non-vaccinées soulignant que les vaccinés pourraient être contaminés, également, mais ne présenteraient que de légers symptômes. « Les 33 cas porteurs du variant Omicron que nous avons enregistrés étaient des personnes vaccinées. Ils ont été détectés à l’aéroport grâce aux tests alors que la majorité ne présentait que de légers symptômes ou était totalement asymptomatique », a-t-elle affirmé.

Elle a appelé, dans ce sens, les personnes non-vaccinées à se faire vacciner pour, au moins, éviter les formes graves de la maladie.

Interpellée sur les campagnes antivax sur les réseaux sociaux et la désinformation autour des répercussions du vaccin anti-covid, elle a déclaré que le comité scientifique devrait sensibiliser davantage la population à l’utilité du vaccin et lui expliquer ce que sont ses effets secondaires.

 

 Tous nos articles sur la pandémie Covid-19

 

N.J. 


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page