Sport

Coupe du monde 2022 : Sepp Blatter auditionné par la justice française


Sepp Blatter et Tamim Ben Hamad Al Thani, l’émir du Qatar, le 2 décembre 2010. FABRICE COFFRINI / AFP

L’enquête de la justice française sur l’attribution controversée de la Coupe du monde 2022 au Qatar avance. Selon les informations du Monde, des policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) ont interrogé comme témoin, dans les locaux du Ministère public de la confédération helvétique (MPC) à Zurich, jeudi 25 et vendredi 26 novembre , Sepp Blatter, 85 ans, l’ancien président suisse de la Fédération internationale de football (FIFA).

Cette audition, qui a duré plus de six heures au total, a été menée sur la base d’une demande d’entraide judiciaire faite aux autorités suisses par la cour d’appel de Paris, et en présence de l’avocat de M. Blatter, Me Lorenz Erni. Elle s’inscrit dans le cadre de l’information judiciaire ouverte, en 2019, par le Parquet national financier (PNF) pour « corruption active et passive », ainsi que pour « recel et blanchiment » de ces délits.

En avril 2017, deux magistrats du PNF avaient entendu Sepp Blatter comme témoin à Zurich alors qu’une enquête préliminaire avait été oouverte sur les conditions d’attribution du Mondial 2022. Initialement, les enquêteurs voulaient le réinterroger à Paris. Mais l’ex-patriarche du football mondial avait indiqué qu’il répondrait à leurs questions en Suisse : il ne quitte pratiquement plus son pays natal depuis que la justice américaine a ouvert une série d’enquêtes judiciaires en 2015 contre plusieurs dignitaires nord et sud-américains de la FIFA.

« Le Qatar devait remercier la France »

Lors de l’audition de M. Blatter, l’un des sujets évoqués a été un déjeuner à l’Elysée organisé le 23 novembre 2010 par Nicolas Sarkozy. Les magistrats français cherchent à vérifier si un pacte corruptif a été conclu lors de ce rendez-vous auquel le président de la République avait convié Michel Platini, président de l’Union des associations européennes de football, l’actuel émir du Qatar, Tamim Ben Hamad Al Thani, ainsi que son premier ministre.

Décryptage : Article réservé à nos abonnés Coupe du monde de football 2022 : l’ombre tenace du soupçon sur l’attribution du Mondial au Qatar

Entendu en garde à vue en juin 2019 dans les locaux de l’OCLCIFF, à Nanterre (Hauts-de-Seine), Michel Platini est soupçonné par les enquêteurs d’avoir voté en faveur du Qatar à la demande de M. Sarkozy, lors du scrutin d’attribution organisé par la FIFA, le 2 décembre 2010.

« Sans l’intervention au dernier moment de Sarkozy sur Platini, le Qatar n’aurait jamais eu la Coupe du monde, a récemment réaffirmé Sepp Blatter au Monde. D’autant que, si la vente du PSG au Qatar a eu lieu après le vote, c’est que c’est 100 % lié. Le Qatar devait remercier un peu la France. »

Il vous reste 56.52% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page