Sport

Coupe arabe des nations — l’équipe de Tunisie en demi-finales: Pourvu que ça dure !

Le formidable public tunisien a été au rendez-vous pour booster l’équipe nationale face aux EAU et Oman. Ce phénoménal «douzième homme» ne doit plus être déçu.

L’aventure continue pour l’équipe nationale qui n’a pas beaucoup peiné avant de s’imposer devant Oman (2-1) en quarts de finale de la Coupe du monde arabe. Et l’on peut dire que le sursaut d’orgueil, dont les «Aigles de Carthage» ont fait preuve après leur fiasco contre la Syrie, a été confirmé face aux Omanais qui n’ont pas fait le poids avant-hier à Doha. Il faut dire aussi que l’apport du nombreux public tunisien présent dans le stade y était pour quelque chose sans l’ombre d’un doute. C’est qu’à chaque moment de baisse du rythme des protégés de Mondher Kebaïer, nos fervents supporters étaient à l’affût pour les transcender et charger à nouveau leurs accus.

D’ailleurs, Kébaïer a comblé d’éloges les milliers de fans du club Tunisie qui ont accaparé l’attention de tout le monde au Qatar. Pour lui, «le public tunisien était le douzième homme qui a fait la différence dans ce duel au terme duquel la Tunisie se hisse la première au dernier carré d’or».

L’animation et l’ambiance féerique créées par le public tunisien nous ont épatés comme pour attirer l’attention des responsables du sport tunisien sur la nécessité d’autoriser l’entrée aux stades à l’avenir. Sans autre retard ! Il y va de tout le charme du football.

Franchement, sans cet apport, la sélection aurait pu facilement être éliminée.

Heureusement que jusque-là, le onze national a su rendre à ses supporters le grand amour qu’ils lui vouent.

«La perfection n’y est pas encore !»

Face aux Omanais, les nôtres ont fait une très bonne première mi-temps.

Ce fut à tel point que nous nous  sommes rendus à l’évidence que tout le bien qu’on disait de l’équipe omanaise avant le match était exagéré.

Un pressing haut sans relâche, une impressionnante domination ponctuée de 70% de possession de la balle et une grande application collective qui a donné le tournis à l’adversaire pendant plus d’une heure et quart de jeu. C’est ce qui résume le rendement de notre sélection qui semble avoir tiré des leçons de sa dernière défaite infligée par la Syrie.

Quand même, on a encore l’impression que pas mal de travail attend le staff technique afin que l’équipe soit prête pour les grands rendez-vous. C’est, de surcroît, l’avis de la nouvelle coqueluche, Hanibal Mejbri, qui ne mâche pas ses mots en précisant que «cette qualification en demi-finale nous honore tous et vient confirmer la belle réaction que notre grand public a attendue de nous. Seulement il y a encore des imperfections qu’il faut corriger pour que notre équipe carbure sur sa vraie valeur».

Le collectif allié au talent individuel

Les deux derniers matches du onze national n’ont rien à voir avec sa piètre prestation face à la Syrie. C’est comme si on parlait de deux équipes différentes. Maintenant, la troupe de Mondher Kebaïer se trouve à son plein régime en pratiquant un inlassable pressing haut et en maîtrisant une structuration de jeu collectif impressionnante.

Et ce qui enchante le plus, c’est l’explosion du talent individuel chez beaucoup de joueurs, comme Seifeddine Jaziri, le buteur du tournoi (4 buts), Youssef M’sakni qui a retrouvé sa verve, le nouveau régisseur Hannibal Mejbri, Naïm Sliti l’infatigable et surtout les deux latéraux Amine Ben Hmida et Mohamed Draguer qui sont inlassablement d’un grand soutien à l’attaque tout en restant aussi efficaces en défense.

Bref, on est désormais eu droit de rêver pourvu que «le syndrome de l’irrégularité» ne rattrape pas notre sélection de nouveau !

L’article Coupe arabe des nations — l’équipe de Tunisie en demi-finales: Pourvu que ça dure ! est apparu en premier sur La Presse de Tunisie.


lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page