Sport

Coup de tonnerre à la CAN 2022 : la Guinée équatoriale surprend l’Algérie

L’équipe de Guinée équatoriale célèbre sa victoire après avoir remporté le match contre l’Algérie lors de la CAN 2022, au stade de Japoma, à Douala, le 16 janvier 2022. CHARLY TRIBALLEAU / AFP

L’Algérie, championne d’Afrique en titre, est à terre, dernière de son groupe en Coupe d’Afrique des nations (CAN) et au bord de l’élimination après s’être laissé surprendre par la Guinée équatoriale (1-0), dimanche à Douala.

Le héros du Nzalang Nacional s’appelle Esteban Orozco Fernández Obiang Obono, mais EOFO Obono convient aussi. Il a surgi au second poteau sur un corner dévié pour surprendre le grand favori algérien (70e minute). La série d’invincibilité de l’Algérie s’arrête donc à trente-cinq matchs, elle ne battra pas les trente-sept matchs de l’Italie.

Mais il y a plus grave pour les hommes de Djamel Belmadi, très agité tout au long du match. Avec un seul point en deux matchs, et zéro but marqué, ils sont derniers de leur groupe, avant une troisième rencontre contre un autre favori, la Côte d’Ivoire. Les Eléphants auront l’occasion de bouter hors de la compétition le tenant du titre, déjà piégé au premier match par la Sierra Leone (0-0).

L’Algérie est dernière d’un groupe plein de surprises : la Côte d’Ivoire compte 4 points, la Guinée équatoriale 3 et la Sierra Leone 2, après avoir égalisé à la dernière seconde contre les Eléphants sur une erreur du gardien ivoirien (2-2).

Battre absolument la Côte d’Ivoire

Avec un seul petit point, l’Algérie est obligée de battre la Côte d’Ivoire, sinon elle rentre à Alger bien plus tôt que prévu. « Avoir un point sur six, ce n’est évidemment pas ce qu’on avait envisagé. Bien sûr, nous n’envisageons pas de quitter cette compétition. On va tout donner » contre les Eléphants, veut croire le sélectionneur Djamel Belmadi.

Les champions d’Afrique peuvent s’en vouloir : ils ont manqué beaucoup d’occasions, comme ces trois frappes d’affilée repoussées par Jesus Owono, le portier remplaçant du Deportivo Alaves (22e).

Parmi toutes les opportunités que l’Algérie a laissées passer, on peut citer un tir de Youcef Atal (42e), un coup franc de Youcef Belaïli détourné (69e), une tête de Ramy Bensebaïni (70e). Jusqu’au bout les Verts ont poussé, mais en vain.

« On peut dominer outrageusement un match et en sortir avec 0 point, 0 but. (…) Le ballon ne voulait pas entrer au fond. On s’est créé de nombreuses situations, mais on n’a pas concrétisé, que ce soit sur coup franc ou sur corner. Que voulez-vous ? On est dans le dur, on est dans la difficulté, on a de grosses difficultés », a déploré le sélectionneur algérien.

Iban Edu Salvador homme du match

Mais la Guinée équatoriale, qui participe à sa troisième CAN – la première pour laquelle elle se qualifie, après en avoir organisé ou coorganisé deux –, n’a pas volé sa victoire.

Elle doit beaucoup au charisme d’Iban Edu Salvador, avec ses cheveux teints en rose. Elu homme du match, le joueur de L’Hospitalet de Llobregat (Espagne), dans une division inférieure espagnole, a passé beaucoup de temps à réclamer des cartons jaunes à l’arbitre.

Mais le guerrier, sorte de Thiago Motta équato-guinéen, est aussi le meilleur élément technique du Nzalang (« Antilope »), comme le montre sa belle passe pour Luis Nlavo, qui a frappé sur Mbholi (50e).

Iban Edu a aussi frappé un coup franc, sauvé au ras du poteau par Mbholi (37e), a stimulé, simulé, harangué, couru et joué jusqu’au dernier instant du match. Il est le cauchemar de l’Algérie.

Le Monde avec AFP

lien sur site officiel

Source :

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page